Les autorités américaines prennent le contrôle de la banque SVB

Dans le cas de SVB Financial Group, des investisseurs craignent une réaction en chaîne débutant par des retraits massifs de clients.
Spencer Platt Getty Images via Agence France-Presse Dans le cas de SVB Financial Group, des investisseurs craignent une réaction en chaîne débutant par des retraits massifs de clients.

La soudaine déroute de Silicon Valley Bank (SVB), fermée vendredi par les autorités américaines, a créé un vent de panique parmi le secteur bancaire, les marchés s’interrogeant sur les conséquences de la plus grande faillite bancaire aux États-Unis depuis la crise financière de 2008.

La banque ne parvenait plus à faire face aux retraits massifs de ses clients, principalement des acteurs de la tech, et ses ultimes tentatives de lever de l’argent frais n’ont pas abouti.

Les autorités américaines ont donc pris officiellement possession de la banque et en ont confié la gestion à l’agence américaine chargée de garantir les dépôts (FDIC).

Peu connue du grand public, SVB s’était spécialisée dans le financement des start-up et était devenue la 16e banque américaine par la taille des actifs : fin 2022, elle comptait 209 milliards de dollars d’actifs et environ 175,4 milliards de dépôts.

Sa disparition représente non seulement la plus grande faillite bancaire depuis celle de Washington Mutual en 2008, mais aussi la deuxième plus grosse défaillance d’une banque de détail aux États-Unis.

Reflet de l’inquiétude ambiante : la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a assuré, peu avant l’annonce de la prise de contrôle de SVB, suivre « de très près » la situation du secteur bancaire.

Investisseurs surpris

 

Sur les marchés, le mouvement de panique a débuté jeudi, après que SVB eut annoncé qu’elle cherchait à lever rapidement du capital pour faire face aux retraits massifs de ses clients, perdant notamment 1,8 milliard de dollars sur la vente de titres financiers.

L’annonce a surpris les investisseurs et a ravivé les craintes sur la solidité de l’ensemble du secteur bancaire, notamment avec la rapide montée des taux d’intérêt qui fait baisser la valeur des obligations dans leurs portefeuilles.

Les quatre plus grandes banques américaines ont perdu 52 milliards de dollars en Bourse jeudi et dans leur sillage, les banques asiatiques puis européennes ont flanché.

À Paris, Société Générale a perdu 4,49 %, BNP Paribas 3,82 % et Crédit Agricole 2,48 %. Ailleurs en Europe, la banque allemande Deutsche Bank a lâché 7,35 %, la britannique Barclays 4,09 % et la suisse UBS 4,53 %.

À Wall Street, les grandes banques se sont ressaisies vendredi après la déroute de la veille : JPMorgan Chase prenait à la mi-séance 2,3 % tandis que Bank of America et Citigroup évoluaient près de l’équilibre.

Des banques régionales étaient en revanche plus dans la tourmente, First Republic et Signature Bank lâchant par exemple chacune 23 %.

« Comme c’est souvent le cas dans la finance, le problème n’est pas venu de là où on l’attendait », explique Alexander Yokum, du cabinet CFRA. « Beaucoup d’observateurs se posaient des questions sur la dette qui s’accumule sur les cartes de crédit ou sur le marché de l’immobilier de bureau. On ne s’attendait pas à un “bank run” », une réaction en chaîne qui débute par des retraits massifs de clients, dit-il à l’Agence France-Presse.

Garde-fous

 

Les investisseurs « ont aussi vu dans les difficultés de la banque l’impact de l’inversion de la courbe des taux (lorsque les taux à court terme sont plus élevés que ceux à long terme, NDLR) », a souligné dans une note Christian Parisot, du courtier Aurel BGC. Les banques empruntent généralement à court terme pour effectuer des prêts à moyen et long terme.

Sans compter que ces difficultés ont coïncidé avec l’annonce, mercredi soir, de la liquidation de Silvergate Bank, un établissement particulièrement présent dans les cryptomonnaies.

Stephen Innes, analyste de SPI Asset Management, se veut rassurant, estimant « faible », dans une note, le risque « d’un incident de capital ou de liquidités parmi les grandes banques ».

Depuis la crise financière de 2008-2009 et la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, les banques doivent donner des gages renforcés de solidité à leurs régulateurs nationaux et européens.

Elles doivent par exemple justifier d’un niveau minimal de capital plus important destiné à éponger les éventuelles pertes.

Pour les analystes de Morgan Stanley, « les pressions de financement auxquelles la SVB est confrontée sont très particulières et ne doivent pas être considérées comme la norme pour les autres banques régionales ».

« Nous ne pensons pas que le secteur bancaire soit confronté à une pénurie de liquidités », insistent-ils dans une note.

Les plus grandes faillites bancaires depuis 2008

Voici les principaux précédents pour des banques de détail, classés par la taille des actifs.- HBOS (Royaume-Uni), le 17/09/2008 (690 milliards de livres d’actifs soit environ 811 milliards de dollars)- Washington Mutual (États-Unis), le 25/09/2008 (307 milliards de dollars)- Silicon Valley Bank (États-Unis), le 10/03/2023 (209 milliards de dollars)- SachsenLB (Allemagne), le 26/08/2007 (67 milliards d’euros, soit environ 92 milliards de dollars)- Bradford&Bingley (Royaume-Uni), le 29/09/2008 (35 milliards de livres soit environ 63 milliards de dollars)- IndyMac (États-Unis), le 11/07/2008 (32 milliards de dollars) Ces établissements étaient tous des banques de détail, accessibles à tous les particuliers. Par ailleurs, la crise financière a été marquée par la faillite de plusieurs banques de financement et d’investissement, en premier lieu Lehman Brothers, qui a déposé le bilan le 15 septembre 2008. Elle affichait alors 639 milliards de dollars d’actifs.



À voir en vidéo