Le département américain de la Justice poursuit Google pour monopole

Google fait déjà face à d’autres poursuites liées au droit de la concurrence.
Noah Berger Archives Agence France-Presse Google fait déjà face à d’autres poursuites liées au droit de la concurrence.

Le département américain de la Justice a porté plainte contre Google mardi pour son « monopole » du marché de la publicité en ligne, d’après un document judiciaire, alors que le géant de la recherche sur Internet fait déjà face à d’autres poursuites liées au droit de la concurrence.

« Google a utilisé des méthodes anticoncurrentielles, excluantes et illégales pour éliminer, ou réduire de façon draconienne, toute menace à sa domination sur les technologies utilisées pour la publicité numérique », assène l’autorité.

Le département et huit États américains, dont la Californie et New York, demandent à la justice de condamner le groupe californien pour infraction au droit de la concurrence, de lui faire payer des dommages et d’ordonner la cession de ses activités liées à la vente d’espaces publicitaires en ligne.

Les dommages sont clairs : les éditeurs de sites Internet gagnent moins, et les annonceurs dépensent plus

 

La plainte explique que Google a la mainmise aussi bien sur les technologies utilisées par « quasiment tous les sites Web » pour vendre des bandeaux ou des fenêtres publicitaires aux marques que sur les outils dont se servent les annonceurs pour acheter ces espaces, ainsi que sur le marché où ont lieu les transactions.

« Plus de 13 milliards de publicités sont vendues chaque jour » sur le Web aux États-Unis, notent les plaignants.

Ils assurent que Google a abusé de sa position dominante pour exclure ses rivaux, notamment en « prenant systématiquement les commandes d’une large variété d’outils de haute technologie utilisés par les éditeurs, les annonceurs et d’autres acteurs du marché ».

« Les dommages sont clairs : les éditeurs de sites Internet gagnent moins, et les annonceurs dépensent plus », soutient la plainte.

Google a déjà été condamné à des amendes pour infraction au droit de la concurrence, notamment par l’Union européenne.

Aux États-Unis, l’entreprise affronte déjà des poursuites lancées fin 2020 par une coalition d’États emmenée par le Texas.

Selon leurs accusations, Google a cherché à évincer toute concurrence en manipulant les ventes aux enchères publicitaires — le système ultraperfectionné qui détermine quelles publicités s’affichent sur les pages Web en fonction du profil anonymisé de l’internaute.

À voir en vidéo