Faut-il se prémunir d’une assurance vie permanente et d’une assurance vie temporaire?

Deux grandes options s’offrent en assurance vie.
Olivier Zuida Archives Le Devoir Deux grandes options s’offrent en assurance vie.

Ce texte est tiré du Courrier de l’économie du 21 novembre 2022. Pour vous abonner, cliquez ici.

Dans un Courrier de l’économie précédent, il était fait mention de « l’assurance vie permanente ». Or, j’ai déjà entendu parler d’assurance vie temporaire. Comment s’y retrouver ? Quelle est la différence ? Faut-il se prémunir d’une assurance vie permanente et d’une assurance vie temporaire ? se demande Élodhya Cyr, une lectrice.

Oui, deux grandes options s’offrent en assurance vie. En voici les grandes lignes, les garanties pouvant varier d’un contrat à l’autre.

L’assurance vie temporaire propose un capital assuré pour une durée précise et préétablie. La protection peut couvrir 1, 10, 15, 20, 25, 30 ans et même 100 ans. Pour sa part, l’assurance vie entière ou permanente garantit une protection à vie tant et aussi longtemps que les primes d’assurance seront acquittées. On parle, ici, d’une protection viagère. Les primes sont généralement garanties et fixes ou nivelées.

Vous le devinez, pour le même capital assuré, les primes sont plus basses dans le cas d’une temporaire. Elles peuvent être au moins 5 fois plus élevées dans le cas d’une permanente. En revanche, pour la temporaire, elles augmentent normalement à chaque renouvellement. En fonction de l’âge, plus il y a de renouvellements, plus ce différentiel s’estompe. Il peut même s’inverser à long terme. À préciser que ce renouvellement se fait en tenant compte de l’âge, et non pas de l’état de santé.

Il faut aussi faire entrer dans le jeu des comparaisons le fait que la plupart des produits d’assurance vie permanente comportent une valeur de rachat. Un pourcentage de la prime d’assurance vient alimenter cette valeur de rachat qui peut, cependant, croître plus lentement et à un taux d’intérêt plus faible que d’autres options de placement. Mais elle devient en quelque sorte une épargne forcée.

À retenir que des assureurs offrent différents produits payables sur une durée spécifique, telle une assurance vie permanente payable pendant 10 ans par exemple. À retenir également que la plupart des contrats d’assurance temporaire peuvent être transformés en un contrat d’assurance permanente, mais que l’inverse n’est pas vrai.

Outre son prix plus abordable, la temporaire va généralement être retenue pour couvrir un besoin de protection à plus court terme. En cas de décès pour apporter un soutien financier à la famille en présence d’enfants à charge, pour la durée d’un prêt hypothécaire, pour couvrir le remboursement des dettes du défunt, le financement des études ou des impôts de succession à payer… Mais l’intérêt de combiner les deux options n’est pas à exclure selon la capacité financière et le besoin de protection recherchée.

Vous voulez en savoir plus ? Voici deux liens vers le site de l’Autorité des marchés financiers.

 

Des questions ? Écrivez-nous !

À voir en vidéo