Google a maintenant plus d’espace pour croître à Montréal

Google, qui emploie plus de 300 personnes dans la métropole, pourrait maintenant accueillir jusqu’à 1000 employés.
Photo: Google Google, qui emploie plus de 300 personnes dans la métropole, pourrait maintenant accueillir jusqu’à 1000 employés.

Avec ses nouveaux bureaux, Google dispose de plus d’espace pour prendre de l’expansion à Montréal, explique Jean-Philippe Gauthier, directeur des plateformes et porte-parole de Google Montréal.

L’entreprise dévoilait officiellement, mercredi, ses nouveaux bureaux montréalais. La société californienne, qui emploie plus de 300 personnes dans la métropole, pourrait maintenant accueillir jusqu’à 1000 employés. Elle possède aussi des options qui lui permettraient de louer plus d’espace à plus long terme.

« On avait besoin d’un [bâtiment] qui nous permettrait de croître, et McGill College [la rue où étaient situés les anciens bureaux] ne nous permettait pas de croître. C’est pour ça qu’on a déménagé. […] C’est un peu un “catch 22”. Si tu n’as pas d’espace, c’est plus difficile de convaincre les équipes à travers le monde de venir s’installer ici, à Montréal. »

Google Canada n’a toutefois pas de difficulté de recrutement, malgré la rareté de la main-d’oeuvre spécialisée dans le secteur des technologies, affirme M. Gauthier, qui dit néanmoins consacrer beaucoup de temps à rencontrer des employés potentiels.

La loi 96, qui vise à renforcer l’usage du français en milieu de travail au Québec, n’a pas nui aux efforts de recrutement. Plusieurs entreprises du secteur technologique, dont les p.-d.g. de Stingray et de Coveo, avaient exprimé leurs préoccupations. Ils craignaient que la loi décourage certains candidats dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre. La loi linguistique n’a pas eu de conséquences sur Google Canada, affirme M. Gauthier, qui n’a pas voulu s’exprimer sur celle-ci.

Avec 300 employés, Google Montréal représente une petite partie des quelque 150 000 employés de la multinationale, qui, en plus du moteur de recherche du même nom, exploite notamment la plateforme YouTube, des solutions infonuagiques et le système d’exploitation Android.

À voir en vidéo