Metro n’acceptera pas non plus de hausses de coût

L’épicier Metro n’acceptera pas de hausses de coûts de la part de ses fournisseurs sur une période de trois mois.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne L’épicier Metro n’acceptera pas de hausses de coûts de la part de ses fournisseurs sur une période de trois mois.

L’épicier Metro a indiqué mardi qu’il n’accepterait pas de hausses de coûts de la part de ses fournisseurs sur une période de trois mois, afin de maintenir la stabilité des prix alimentaires pendant les Fêtes.

Selon l’entreprise, il s’agit d’une pratique de longue date pour elle, afin d’éviter les changements de prix de détail pendant la période la plus occupée de l’année. La porte-parole de l’entreprise montréalaise, Marie-Claude Bacon, a précisé que cela s’appliquait aux marques privées et aux produits de marque nationale de Metro, et s’étendait du 1er novembre au 5 février.

Les commentaires de Metro interviennent alors que les Compagnies Loblaw ont annoncé lundi qu’elles gèleraient les prix de tous leurs produits de marque Sans nom jusqu’à l’année prochaine, parce que l’inflation alimentaire de plus de 10 % fait grimper en flèche les factures d’épicerie. Loblaw a indiqué avoir bloqué les prix de la marque maison, qui comprend plus de 1500 articles d’épicerie, jusqu’au 31 janvier 2023.

Dans la foulée, face à une forte inflation qui réduit leur pouvoir d’achat et à l’incertitude économique, les Canadiens devraient réduire leurs dépenses pour les Fêtes cette année, indique un nouveau rapport.

Dans son plus récent sondage sur le magasinage des Fêtes, la firme Deloitte Canada indique que les dépenses globales pour cette période devraient chuter de 17 % pour s’établir à 1520 $ par ménage, car les craintes de récession et la hausse des taux d’intérêt freinent les budgets.

Le rapport, qui s’appuie sur un sondage Léger réalisé auprès de plus de 1000 Canadiens à la fin août, a révélé que plus du tiers des répondants prévoyaient commencer à magasiner plus tôt que l’an dernier.

Les détaillants semblent réagir en déployant plus tôt des produits liés au thème de Noël, et certains devancent même leurs promotions des Fêtes plus précocement dans l’automne. Amazon Canada, par exemple, a offert aux abonnés de son service Prime un événement spécial de magasinage de deux jours la semaine dernière.

Pendant ce temps, le Vendredi fou — un événement de vente au détail massif qui marque traditionnellement le début du magasinage des Fêtes pour de nombreux consommateurs — représente de plus en plus le moment où bon nombre de Canadiens prévoient plutôt mettre fin à leurs dépenses saisonnières, selon le sondage de Deloitte. Le sondage a révélé que 26 % des répondants termineraient leurs achats ce jour-là, contre 18 % l’an dernier.

À voir en vidéo