Les profits de la CIBC chutent

Toronto — Les profits de la banque CIBC ont chuté de près de 60 % au troisième trimestre, alors que la banque a souffert de la faiblesse des marchés boursiers et de l'économie nord-américaine.

La CIBC a dégagé un bénéfice net de 193 millions, ou 41 ¢ par action, pour son trimestre qui a pris fin le 31 juillet, en forte baisse par rapport aux profits de 460 millions, ou 1,13 $ par action, de la période correspondante de l'année dernière.

Cette performance inférieure aux prévisions des analystes a été mal accueillie par les investisseurs boursiers, qui ont fait chuter le cours de l'action de près de 4 %, hier. Le titre de la CIBC à la Bourse de Toronto a clôturé en baisse de 1,74 $, à 42,55 $.

«Les résultats du troisième trimestre sont le reflet de la conjoncture difficile sur les marchés boursiers, surtout en ce qui a trait aux ventes d'actifs liés aux services de banques d'affaires», a précisé la CIBC dans un communiqué.

Revenus en baisse

En excluant les éléments exceptionnels, dont une modification comptable sur les options d'achat d'actions qui s'est traduite par une hausse de 24 millions du bénéfice pour le plus récent trimestre, les profits de la CIBC ont fondu de près de moitié par rapport à la période correspondante de l'année dernière. Les revenus ont également diminué, passant de quelque 3 milliards il y a un an à 2,5 milliards. Le rendement sur l'avoir des actionnaires s'est replié à 6,2 % contre 17,4 % un an plus tôt.

Pour l'ensemble des neuf premiers mois, le bénéfice net s'est situé à 753 millions, contre 1,44 milliard au cours de la période correspondante de 2001. Les revenus sont demeurés quasi stationnaires, à 8,63 milliards contre 8,61 milliards.

La banque a souligné que ses activités de services de détail sont demeurées solides et que ses coûts ont été réduits de façon «importante». CIBC Marchés mondiaux, la banque d'investissement, a toutefois grugé une bonne partie des profits de la CIBC en subissant à elle seule une perte de 76 millions, comparativement à des profits de 229 millions au troisième trimestre de l'exercice précédent.

«Dans l'ensemble, notre rendement au troisième trimestre subit toujours l'effet de la conjoncture économique difficile en Amérique du Nord», a indiqué le chef de la direction de la CIBC, John Hunkin. «La détérioration de la situation sur les marchés boursiers, la baisse du rythme d'ouverture de nouveaux comptes, surtout aux États-Unis, la réduction de valeur des comptes des services de banques d'affaires et les occasions de ventes moins nombreuses dans le secteur des services de banque d'affaires ont entraîné une baisse du bénéfice dans nos activités de gros.»

La CIBC avait annoncé en mai son intention de réduire d'au moins un tiers le portefeuille d'investissements de CIBC Marchés mondiaux, en raison des pertes considérables liées à des prêts consentis à des entreprises en difficulté telles que Global Crossing, Téléglobe et Enron. L'objectif est de ramener à 2 milliards la valeur du portefeuille d'investissements de CIBC Marchés mondiaux d'ici trois ans.

Les dotations aux pertes sur prêts se sont chiffrées à 290 millions au troisième trimestre, en baisse par rapport à 390 millions du deuxième trimestre. Les estimations pour les dotations aux pertes sur prêts pour l'exercice restent inchangées, se situant entre 1,45 milliard et 1,50 milliard comme il a été annoncé le 2 mai dernier, a ajouté l'institution.

La CIBC est la deuxième des grandes banques canadiennes à dévoiler ses résultats, après la Royale qui a fait part mardi d'un bénéfice net en hausse de 66 %. La TD devrait annoncer aujourd'hui une perte substantielle.