Le DPB prévoit une «faible croissance» du PIB réel du Canada tout au long de 2023

Le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux, s’attend à ce que la Banque du Canada relève son taux directeur à 4 % d’ici la fin de l’année.
Adryan Wild La Presse canadienne Le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux, s’attend à ce que la Banque du Canada relève son taux directeur à 4 % d’ici la fin de l’année.

Le directeur parlementaire du budget (DPB) prévoit un net ralentissement de la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel du Canada pendant la seconde moitié de 2022, et une « faible croissance » tout au long de 2023, alors que la Banque du Canada continue d’augmenter les taux d’intérêt.

Dans ses plus récentes perspectives économiques et financières, le bureau d’Yves Giroux s’attend à ce que la Banque du Canada relève son taux directeur à 4 % d’ici la fin de l’année, avant de le réduire à la fin de 2023, suivant un ralentissement de l’inflation.

Le directeur parlementaire du budget estime également que le déficit fédéral diminuera à 25,8 milliards de dollars, soit 0,9 % du PIB, pour l’exercice 2022-2023.

Le déficit était de 97 milliards de dollars, soit 3,9 % du PIB, au cours de l’exercice précédent.

En supposant qu’aucune nouvelle mesure ne sera introduite et que les mesures temporaires actuelles prendront fin comme prévu, le DPB estime que le déficit diminuera davantage par la suite, pour atteindre 3,1 milliards de dollars, ou 0,1 % du PIB, d’ici 2027-2028.

Le DPB prévoit également que le ratio de la dette fédérale au PIB diminuera par rapport à son sommet de 2020-2021, pour revenir graduellement à 36,2 % en 2027-2028, mais qu’il restera supérieur à ce qu’il était avant la pandémie.

« Après une solide performance pendant la première moitié de l’année [2022] et à la lumière du resserrement de la politique monétaire, nous prévoyons que la croissance du PIB du Canada ralentira considérablement pendant la seconde moitié de 2022, car les consommateurs dépenseront moins, les investissements domiciliaires continueront de diminuer et les entreprises investiront moins dans leurs stocks », résume le DPB.

« Nous nous attendons à ce que la croissance du PIB réel demeure faible tout au long de 2023, avant de rebondir dans le courant de 2024. »

À voir en vidéo