Le taux de chômage au Canada diminue à 5,2%

Une femme entre dans un restaurant de Laval qui est à la recherche de travailleurs.
Ryan Remiorz La Presse canadienne Une femme entre dans un restaurant de Laval qui est à la recherche de travailleurs.

L’économie canadienne a affiché un modeste gain de 21 000 emplois en septembre, selon Statistique Canada. Dans la dernière enquête sur la population active de l’organisme fédéral publiée vendredi, le taux de chômage pour le mois de septembre a diminué à 5,2 %, contre 5,4 % le mois précédent.

Ce gain d’emploi était attendu, car les pertes dans le secteur de l’éducation au cours de l’été ont été annulées avec la réouverture des écoles. Le rapport indique que les gains dans l’éducation, les soins de santé et l’assistance sociale ont été compensés par des pertes dans plusieurs autres secteurs, notamment la fabrication, l’information, la culture et les loisirs.

Le taux de participation à la population active du Canada — le pourcentage de personnes qui veulent et recherchent un emploi — a légèrement baissé, de 0,1 point de pourcentage, en septembre.

La hausse de l’emploi survient après trois mois consécutifs de pertes d’emplois dans l’économie canadienne.

Tandis que la Banque du Canada relève vigoureusement les taux d’intérêt pour maîtriser l’inflation élevée, l’économie canadienne devrait ressentir ces effets tant sur la croissance économique que sur les chiffres de l’emploi. La banque centrale a laissé entendre que les marchés du travail restreints sont en partie responsables de la forte inflation.

Les salaires ont augmenté de 5,2 % en septembre par rapport à il y a un an, avec un salaire horaire moyen de 31,67 $. Il s’agissait du quatrième mois consécutif de croissance des salaires de 5 % ou plus.

Le rapport s’est également penché sur la retraite des Canadiens de moins de 65 ans, un facteur clé de la pénurie apparente de travailleurs. Près d’un million de Canadiens âgés de 55 à 64 ans ont déclaré qu’ils étaient à la retraite en septembre. Au cours des 20 dernières années, le taux d’activité n’a cessé de baisser, principalement en raison du vieillissement de la population. L’agence fédérale indique que depuis septembre 2019, le nombre de Canadiens âgés de 65 ans et plus a augmenté de 11,6 %, tandis que la population en âge de travailler a augmenté de 3,5 %.

Ralentissement aux États-Unis

 

Aux États-Unis, le marché de l’emploi a montré en septembre quelques signes d’un ralentissement attendu dans la lutte contre l’inflation, mais il est resté très solide, et le taux de chômage est même revenu à son niveau d’avant la pandémie.

L’économie américaine a ainsi créé moins d’emplois le mois dernier : 263 000, contre 315 000 en août, a annoncé vendredi le département américain du Travail. Mais c’est surtout du côté des salaires horaires qu’il faut regarder, pour observer un signe de ralentissement. En effet, ceux-ci ont augmenté de 5 % sur un an, leur rythme le moins élevé depuis décembre 2021.

Le taux de chômage, en revanche, a légèrement baissé, retombant à 3,5 %, son niveau de juillet, qui était aussi celui d’avant la pandémie, le plus bas en 50 ans. Il était de 3,7 % en août.

Le président américain, Joe Biden, a salué dans un tweet « un signe encourageant que nous passons à une croissance stable et soutenue ». « Et il y a plus d’Américains que jamais qui travaillent. Il reste encore beaucoup à faire pour faire croître notre économie pour tous, mais nous progressons », a-t-il ajouté.

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo