Le FMI demande aux banques centrales de «maintenir le cap»

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, encourage les banques centrales à «maintenir le cap».
Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, encourage les banques centrales à «maintenir le cap».

Les banques centrales doivent « maintenir le cap » et en « faire plus » afin de lutter contre l’inflation persistante, a estimé jeudi la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, dans un entretien exclusif accordé à l’Agence France-Presse.

Pour l’heure, « le risque est qu’elles n’en fassent pas assez, pas qu’elles en fassent trop » face à l’inflation, qui « reste têtue et persistante », a ajouté Mme Georgieva, comparant la hausse des prix « à une taxe versée par les plus pauvres ».

« Si les banques centrales n’agissent pas, nous assisterons à un transfert des prix élevés de l’énergie et de l’alimentation vers l’inflation sous-jacente », a souligné la directrice générale du FMI.

Les banques centrales des principales économies, à commencer par la banque centrale américaine (Fed), ont fortement augmenté leurs taux dans les derniers mois et prévoient de continuer à le faire d’ici à la fin de l’année et en 2023, avec le risque de voir les pays avancés plonger dans la récession.

« Le bien-être des gens »

Dans un discours prononcé un peu plus tôt, Mme Georgieva a reconnu que la réduction de l’inflation « ne sera pas facile et ne sera pas indolore », ce qui rejoint en ce sens l’avertissement lancé par le président de la Fed, Jerome Powell.

Mais les États peuvent limiter l’effet négatif de ces mesures par « des politiques budgétaires qui doivent être vraiment ciblées », a souligné Mme Georgieva, « elles doivent viser le bien-être des gens ».

« Les États doivent être très prudents, employer des politiques ciblées et temporaires, a ajouté la directrice générale du FMI. Si vous conduisez une voiture en appuyant sur le frein de la politique monétaire et en même temps l’accélérateur de la politique budgétaire, ça ne se passe pas bien. »

« Si nous avons un seul message : soyez prudent, faites attention, les politiques budgétaires et monétaires doivent être coordonnées afin que soit évitée une situation encore plus compliquée », a répété Mme Georgieva.

La patronne du FMI a déjà pris position pour la lutte contre l’inflation menée par les banques centrales, jugeant en particulier mardi que la Banque d’Angleterre avait procédé « rapidement et de manière très appropriée » après la réaction des marchés à l’annonce, le 23 septembre dernier, d’un minibudget intégrant d’importantes baisses d’impôts.

À voir en vidéo