Olaf Scholz et Justin Trudeau en coup de vent au Mila

Le chancelier allemand Olaf Scholz et une délégation de gens d’affaires allemands ont rapidement visité les bureaux de Mila Montréal lundi après-midi.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chancelier allemand Olaf Scholz et une délégation de gens d’affaires allemands ont rapidement visité les bureaux de Mila Montréal lundi après-midi.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et une délégation de gens d’affaires allemands ont rapidement visité les bureaux de Mila Montréal lundi après-midi. Aux côtés de Justin Trudeau, Mélanie Joly et François-Philippe Champagne, ils ont rencontré des jeunes entrepreneurs et universitaires originaires d’Allemagne qui travaillent actuellement dans le centre de recherche en intelligence artificielle montréalais, puis ont brièvement discuté avec le chercheur Yoshua Bengio.

De passage au Canada pour quelques jours, le chancelier Scholz et le vice-chancelier Robert Habeck ont passé la journée à Montréal. Outre la rencontre entre les dignitaires et Yoshua Bengio, dont la réputation internationale n’est plus à faire, l’événement a permis à Mila Montréal de présenter un peu plus sa technologie aux représentants du monde des affaires présents dans ses locaux de la rue Saint-Urbain.

Le fait que Mila Montréal s’intéresse de près à des enjeux économiques, éthiques et sociaux à travers la lorgnette de l’intelligence artificielle est ce qui attirait la délégation allemande. Le rôle de l’IA dans la recherche médicale, notamment comment elle peut aider à accélérer le développement de médicaments de pointe pour traiter de manière ciblée des maladies autrement difficiles à soigner, est un des sujets chers aux chercheurs du MILA à l’heure actuelle.

Le rôle que peut jouer cette technologie pour renforcer les chaînes d’approvisionnement et pour optimiser la gestion de l’énergie a été rapidement présenté par des représentants du secteur montréalais des technologies. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a forcé l’Allemagne à réagir en se coupant de son approvisionnement en pétrole russe, ce qui l’oblige à devoir trouver d’autres solutions. L’IA pourrait en faire partie.

Outre M. Bengio, le chercheur David Rolnick viendra élaborer sur l’impact que les technologies informatiques comme l’intelligence artificielle peuvent avoir sur l’environnement et sur la société.

50M$ de plus pour l’IA montréalaise

Quelques annonces ont été faites par des représentants du secteur montréalais de l’intelligence artificielle en marge de cette visite. Les dirigeants de la supergrappe Scale AI en ont profité pour dévoiler une nouvelle ronde de financement de 50 millions de dollars qui servira à financer une douzaine de nouveaux projets.

Financé par les gouvernements du Québec et du Canada, Scale AI a comme mandat de développer et de soutenir les projets d’intégration de la technologie dans le secteur des entreprises, plus particulièrement du côté des chaînes d’approvisionnement.

Scale AI a été créée à l’initiative d’Ottawa il y a quelques années mais son rôle, comme celui des autres « supergrappes industrielles » qui ont vu le jour au même moment, était devenu incertain ces derniers mois. C’était jusqu’à ce que le ministre responsable du dossier des supergrappes, François-Philippe Champagne, insuffle une nouvelle énergie dans ces projets à la fin du mois de juin dernier.

M. Champagne en a profité pour les rebaptiser « grappes d’innovation globale » et pour réitérer leur rôle dans la création de nouvelles entreprises canadiennes d’envergure devant servir à développer l’expertise canadienne dans des secteurs de croissance.

À voir en vidéo