Recul des ventes de maisons à Montréal

Les ventes de propriétés résidentielles à Montréal ont chuté de 18% en juillet par rapport au même mois l’an dernier.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les ventes de propriétés résidentielles à Montréal ont chuté de 18% en juillet par rapport au même mois l’an dernier.

Les ventes de propriétés résidentielles à Montréal ont chuté de 18 % en juillet par rapport au même mois l’an dernier, la catégorie des immeubles de deux à cinq logements ayant enregistré à elle seule une baisse de 38 %, a indiqué jeudi l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

En tout, 3080 propriétés ont changé de mains le mois dernier, contre 3772 en juillet 2021, a précisé l’Association. Le nombre d’immeubles à logements multiples vendus est passé de 454 en juillet 2021 à 281 le mois dernier.

Les copropriétés ont aussi été touchées par le ralentissement : 1183 d’entre elles ont été vendues en juillet, un déclin de 20 % par rapport à juillet de l’an dernier. Les ventes de maisons unifamiliales ont quant à elles diminué de 12 % sur un an, s’élevant à 1614 transactions.

Dynamique du marché modifiée

 

Le directeur du service de l’analyse de marché de l’APCIQ, Charles Brant, a interprété cette baisse comme la confirmation que la dynamique du marché s’est modifiée, en grande partie à cause d’une hausse importante du taux d’intérêt directeur du pays. Selon lui, l’ampleur de la hausse des taux d’intérêt a accéléré le ralentissement du marché, mais il est beaucoup plus graduel que dans d’autres grandes villes canadiennes.

Parallèlement, le nombre de nouvelles inscriptions à la vente a augmenté de 22 %, passant de 4023 en juillet de l’an dernier à 4901 le mois dernier.

Le prix médian des maisons unifamiliales à Montréal était de 550 000 $ en juillet, en hausse de 10 % par rapport à la même période l’an dernier, mais en baisse de 30 000 $ par rapport au sommet de 580 000 $ atteint en avril.

Dans la région métropolitaine

 

L’activité de vente a été hétérogène dans les différents secteurs de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Les ventes de maisons ont grimpé de 3 % sur la Rive-Nord par rapport à l’an dernier, tandis que celles sur la Rive-Sud ont diminué de 12 %. La région de Vaudreuil-Soulanges a enregistré une diminution de 20 % de ses ventes, tandis que celles des îles de Montréal et de Laval ont diminué de 29 % dans les deux cas.

Le mois de juillet a été historiquement lent à Saint-Jean-sur-Richelieu, où seulement 66 transactions ont eu lieu, ce qui représentait une baisse de 35 % sur un an.

Dans la RMR de Québec, 544 tran-sactions ont été enregistrées en juillet, soit un gain de 1 % par rapport à la même période l’an passé. C’est le deuxième mois de suite que la région observe un gain dans l’activité transactionnelle, alors que la majorité des autres agglomérations connaissent un ralentissement important.

Avec Le Devoir

À voir en vidéo