La clôture de l’accord Rogers-Shaw reportée une fois de plus

L’entente Rogers-Shaw a reçu l’approbation du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne L’entente Rogers-Shaw a reçu l’approbation du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Rogers Communications a reporté au 31 décembre la date limite pour la clôture de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars, en marge de la publication de ses résultats financiers du deuxième trimestre, qui ont fait état d’un profit en hausse.

La date limite pour la clôture de l’accord avait précédemment été repoussée au 31 juillet.

Lors de la conférence téléphonique au sujet des résultats de la société, mercredi, le chef de la direction, Tony Staffieri, a indiqué aux analystes que le report témoignait du dévouement de Rogers et de Shaw à l’égard de la conclusion de l’accord. « Nous voulions fixer une date qui indique clairement que nous avons cet engagement », a-t-il affirmé.

Même si le géant des télécommunications reste convaincu que l’accord sera conclu, en particulier avec cette nouvelle période supplémentaire, il affirme avoir des « stratégies » prêtes au cas où la transaction se heurterait à de nouveaux obstacles. Rogers, Shaw et Québecor doivent encore parvenir à un accord définitif sur la vente de l’opérateur de téléphonie mobile Freedom Mobile — un accord de 2,85 milliards qui vise à apaiser les craintes des autorités réglementaires de la concurrence au sujet de la fusion Rogers-Shaw. Un accord était largement attendu plus tôt ce mois-ci. Rogers a expliqué qu’il continuait de travailler avec Québecor sur cet accord et de résoudre les « complexités » associées à la vente.

L’entente Rogers-Shaw a reçu l’approbation du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, mais doit encore obtenir le feu vert du Bureau de la concurrence et d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada.

Hausse des profits

 

Par ailleurs, Rogers a indiqué mercredi avoir enregistré une augmentation de ses profits et de ses ventes au cours du plus récent trimestre terminé, les revenus de ses services sans fil ayant augmenté de plus de 10 %.

Rogers Communications a réalisé un profit de 409 millions pour son deuxième trimestre, soit 76 cents par action, une hausse de 35 % par rapport à son profit de 302 millions, ou 60 cents par action, pour la même période l’an dernier. Le profit ajusté s’est établi à 463 millions, soit 86 cents par action, en regard de celui de 387 millions, ou 76 cents par action, du deuxième trimestre de 2021.

Les revenus pour le trimestre clos le 30 juin ont atteint 3,87 milliards, comparativement à ceux de 3,58 milliards de l’an dernier, alors que les produits tirés des services sans fil ont bondi de 11 %. Les revenus des services de câblodistribution ont augmenté de 3 % au deuxième trimestre, essentiellement en raison de changements dans les prix et d’augmentations au sein de la base d’abonnés à Internet, tandis que les revenus des activités de médias ont grimpé de 21 %, grâce à une hausse des revenus publicitaires et des revenus des Blue Jays, l’équipe de baseball de Toronto.

Rogers a aussi estimé que les crédits qu’elle remettra aux clients pour la panne du 8 juillet devraient lui coûter 150 millions, et indiqué que cette somme serait comprise dans les résultats du troisième trimestre.

À voir en vidéo