Date limite pour Rogers, Shaw et Québecor pour s’entendre sur la vente de Freedom

La date limite survient alors que Rogers gère les retombées de sa panne de service à l’échelle nationale qui a commencé vendredi dernier et a touché des millions de clients.
Ryan Remiorz La Presse canadienne La date limite survient alors que Rogers gère les retombées de sa panne de service à l’échelle nationale qui a commencé vendredi dernier et a touché des millions de clients.

La date limite est ce vendredi pour que Rogers Communications, Shaw Communications et Québecor puissent conclure une entente définitive sur la vente du fournisseur de services sans fil Freedom Mobile.

Le mois dernier, Rogers a annoncé qu’il vendrait Freedom à Quebecor pour 2,85 milliards $ dans le cadre d’un accord qui, espère-t-il, apaisera les régulateurs fédéraux opposés à son projet de prise de contrôle de Shaw pour 26 milliards $.

L’entente permettrait à Québecor de s’approprier de la clientèle sans fil et Internet de marque Freedom, ainsi que son infrastructure, son spectre et ses points de vente.

Rogers, Shaw et Québecor soutiennent que leur entente maintiendrait en vie un quatrième fournisseur de services sans fil fort et durable au Canada parce qu’elle permettrait d’étendre les opérations sans fil de Quebecor à l’échelle nationale.

La date limite survient alors que Rogers gère les retombées de sa panne de service à l’échelle nationale qui a commencé vendredi dernier et a touché des millions de clients.

La transaction entre Rogers et Shaw a déjà reçu l’approbation des actionnaires et du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), mais doit encore obtenir celle du Bureau de la concurrence et d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada.

À voir en vidéo