Yoshua Bengio fait son entrée dans «Le Petit Larousse»

Yoshua Bengio est un «informaticien canadien» né en 1964 à Paris, pourra-t-on lire dans les pages de la nouvelle édition du dictionnaire.
Photo: Catherine Legault Archives Le Devoir Yoshua Bengio est un «informaticien canadien» né en 1964 à Paris, pourra-t-on lire dans les pages de la nouvelle édition du dictionnaire.

Le célèbre chercheur Yoshua Bengio, considéré comme l’un des pères fondateurs de l'apprentissage profond, une branche de l’intelligence artificielle, fera son entrée dans le dictionnaire Le Petit Larousse illustré. C’est un nouvel honneur pour le chercheur québécois, qui cumule déjà une longue liste de récompenses.

Yoshua Bengio est un « informaticien canadien » né en 1964 à Paris, pourra-t-on lire dans les pages de la nouvelle édition du dictionnaire.

« Ce précurseur des réseaux de neurones artificiels et du deep learning a développé une technologie d’apprentissage automatique utilisée dans la reconnaissance vocale des téléphones et la traduction de langues. Il s’intéresse en parallèle aux enjeux soulevés par les applications de l’intelligence artificielle », sera-t-il aussi inscrit. Le deep learning est, selon le Larousse, « une technologie basée sur des réseaux de neurones artificiels permettant à une machine d’apprendre par elle-même ».

Le directeur scientifique de l’institut de recherche Mila et professeur à l’Université de Montréal accueille cette nouvelle « avec un peu d’incrédulité », a-t-il avoué devant un petit comité de journalistes, se disant malgré tout honoré.

Pour sélectionner les personnalités qui obtiendront une place dans le dictionnaire, les responsables du Petit Larousse se basent sur quatre critères, qui sont « la notoriété de la personne en France, dans les pays francophones et dans le monde, ainsi que la longévité, la légitimité et l’accessibilité de son oeuvre, de ses actions ou de ses découvertes », mentionne-t-on dans le communiqué.

Cascade de récompenses

 

Dans l’entrée sur M. Bengio, le dictionnaire mentionne aussi son obtention du prestigieux prix Turing en 2018 aux côtés des chercheurs Geoffrey Hinton et Yann LeCun. Mais c’est loin d’être sa seule récompense.

Cette année, Yoshua Bengio a reçu la Légion d’honneur française ainsi que le prix Princesse des Asturies, l’un des plus prestigieux du monde hispanophone — deux prix qui lui font particulièrement « chaud au coeur », compte tenu de ses racines françaises et espagnoles. Les grands-parents de ce natif de la France, né de parents marocains, étaient issus de familles séfarades parlant l’espagnol.

« Tous ces prix, je ne les aurais pas imaginés il y a quelques années. Ça fait toujours du bien d’avoir ces reconnaissances-là », affirme-il, tout en soulignant l’importance de rester humble dans ces situations. Car les avancées scientifiques ne sont pas seulement le fruit d’une poignée de personnes, elles reposent plutôt sur toute une communauté de chercheurs et d’étudiants, tient à rappeler M. Bengio.

En entrant dans Le Petit Larousse illustré, Yoshua Bengio rejoint d’autres personnalités québécoises, comme la défunte chirurgienne Lucille Teasdale et l’endocrinologue Michel Chrétien. Environ 300 Canadiens, dont une trentaine de Québécois, figurent dans les pages de l’ouvrage illustré.

À voir en vidéo