Des bornes de commande sans contact arrivent au Québec

Le Groupe St-Hubert déploiera sous peu un réseau de bornes de commande dans plusieurs de ses rôtisseries.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le Groupe St-Hubert déploiera sous peu un réseau de bornes de commande dans plusieurs de ses rôtisseries.

Le Groupe St-Hubert déploiera sous peu un réseau de bornes de commande dans plusieurs de ses rôtisseries. Or, contrairement à celles qu’on peut retrouver par exemple dans les McDonald’s, il ne sera pas nécessaire de toucher l’écran pour sélectionner son repas.

« Ce sont des capteurs optiques qui permettent de détecter la main à 9 cm de l’écran et de déclencher le clic à 4 cm de l’écran », a expliqué en entrevue Olivier Raulot, fondateur et chef de la direction d’iNUI Studio, l’entreprise luxembourgeoise qui fournira sous peu un premier lot de 24 bornes qui seront installées dans plusieurs régions du Québec. Suivra une deuxième commande, dont la taille reste à déterminer.

M. Raulot évalue que la technologie AIR TOUCH est plus hygiénique que celle des écrans tactiles, mais que leur prix est équivalent. La firme luxembourgeoise veut ainsi devenir un chef de file mondial des bornes de commande en restauration rapide, dans le secteur du transport et dans les offices de tourisme. Elle a d’ailleurs implanté sa technologie au sein de la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois et à l’aéroport de Bergen, en Norvège. Elle compte Samsung et Intel parmi ses partenaires d’affaires pour la création des bornes.

Or, le Canada serait un marché doté d’un grand potentiel de croissance, si bien qu’iNUI compte y ouvrir en 2023 un bureau et une usine d’assemblage de bornes.

« En Europe, quasiment toutes les chaînes de restauration rapide sont déjà équipées de bornes tactiles. Mais on a constaté qu’au Canada, il y en a très peu. On croit que plusieurs entreprises vont vouloir s’équiper et on va proposer notre technologie », a indiqué M. Raulot, qui est de passage au Québec dans le cadre d’une mission économique du ministre de l’Économie du Luxembourg.

Virage en vue ?

L’Association Restauration Québec (ARQ) constate que beaucoup d’établissements, endettés en raison de la pandémie, n’ont pas eu les moyens d’effectuer ce virage, ou ont conservé leurs fonds en prévision d’autres vagues de fermeture.

« Toutefois, avec la pénurie de main-d’oeuvre actuelle, je vois beaucoup de propriétaires qui réfléchissent désormais aux nouvelles technologies. Je crois qu’il va y avoir du développement en ce sens », note Martin Vézina, vice-président aux affaires publiques de l’ARQ.

Le président et chef de la direction du Groupe St-Hubert, Richard Scofield, dit avoir hésité pendant plusieurs années avant de se décider à adopter les bornes AIR TOUCH.

« On se demandait si c’était la direction qu’on voulait prendre ou si les clients allaient être plus portés à commander avec leur cellulaire, a expliqué M. Scofield. Mais la pandémie a augmenté l’intérêt pour les commandes pour emporter, et c’était le moment de regarder quelle était la meilleure solution. Une borne sans contact, c’est l’élément qui nous a convaincus et qui va répondre aux besoins autant pour l’expérience que pour la sécurité de la clientèle d’un point de vue sanitaire. »

Puisque St-Hubert manque de personnel, comme l’ensemble de l’industrie, M. Scofield croit aussi que ces bornes contribueront à améliorer la rapidité et la fluidité du service.

Le Groupe a testé pendant six mois un petit nombre de bornes et se dit très satisfait du résultat.

À voir en vidéo