Primeurs 2005

Dodge Charger

Après le V8 HEMI, qui tire son nom d'un illustre moteur des années 60 et 70, Chrysler pige à nouveau dans son patrimoine et ressuscite une autre appellation célèbre: la Dodge Charger. Contrairement à la première du nom, il s'agit d'une berline et non d'un coupé sport. Mais elle respecte néanmoins la vocation sportive de son ancêtre, avec son allure agressive et un moteur pour le moins musclé. Celui-ci est placé en position longitudinale, ce qui est inhabituel dans le secteur des berlines, tout comme ses roues motrices arrière, qui viennent remettre la propulsion au goût du jour. (PL)

***

Ford Fusion

Depuis la disparition du tandem Ford Contour/Mercury Mystique, il y a cinq ans, la gamme Ford comporte un trou béant: entre la compacte Focus et la grande berline Taurus, point de berline intermédiaire. Ce qui veut dire que Ford a laissé le champ libre aux Honda Accord, Toyota Camry et autres Nissan Altima. Avec la Fusion, dont l'arrivée est prévue à l'automne, la firme de Dearborn réintègre cette catégorie, l'une des plus importantes en matière de ventes. La synergie entre les différentes marques appartenant au groupe Ford a joué un rôle déterminant, car la Fusion emprunte sa plate-forme et ses organes mécaniques à la Mazda 6. Dans un premier temps, cela permet une importante économie d'échelle, les coûts de développement d'un nouveau modèle étant tout simplement astronomiques; dans un deuxième temps, l'utilisation d'une mécanique éprouvée devrait assurer une relative fiabilité. Deux motorisations seront au menu: un 4-cylindres de 2,3 litres (160 chevaux) et un V6 de 3 litres (210 chevaux). Si la Fusion connaît le succès, elle pourrait contribuer à renflouer les coffres de Ford, qui en a bien besoin. (PL)

***

Shelby GR1

Véritable légende vivante du sport automobile aux États-Unis, l'octogénaire mais toujours vert Carroll Shelby a repris sa collaboration avec Ford, collaboration qui fut naguère fructueuse: qu'on se rappelle les célèbres Mustang Shelby des années 60. Le pilote texan, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1959 (sur Aston Martin), fut aussi l'un des architectes de la Ford GT40, voiture de course mythique qui permit à Ford de remporter l'épreuve mancelle à quatre reprises, de 1966 à 1969 inclusivement. Et n'oublions pas de mentionner qu'il fut le père de la célébrissime Cobra, qui écuma tant les routes que les circuits dans les années 60. Présentée pour la première fois au célèbre concours d'élégance de Pebble Beach en août dernier, la Shelby GR-1 (Group-Racer 1), avec sa coque en aluminium poli, est, selon plusieurs dirigeants de Ford, tout près du moment de sa production à petite échelle, comme ce fut le cas de la Viper chez Dodge. Avec son moteur V10 de 6,4 litres et 605 chevaux reliés à une boîte manuelle à six rapports capable de franchir les 300 km/h, les sensations fortes sont garanties. (PL)

***

Hyundai Sonata

Vingt et unans après son arrivée en terre canadienne, la marque coréenne a gagné ses lettres de noblesse. Naguère objets de moqueries, les Hyundai ont vu leur popularité exploser, particulièrement au Québec. La Sonata, qui fut un temps le modèle haut de gamme, a grandement contribué à rétablir la réputation de la marque. Sa fiabilité a constamment progressé, rehaussant ainsi son rapport qualité-prix, qui demeure sa principale force. Mais c'est aussi une berline spacieuse, silencieuse et confortable. Son allure discrète a par ailleurs semblé plaire aux acheteurs. La prochaine génération, qui portera le millésime 2006, semble cependant mieux outillée que jamais pour lui permettre de lutter à armes égales avec les ténors de cette catégorie que sont les Honda Accord et Toyota Camry. Comme ces dernières, elle proposera des moteurs de 4 et de 6 cylindres, tandis que sa toute nouvelle suspension gagne en sophistication. Mais c'est surtout au chapitre du style que la Sonata est susceptible de surprendre: sans être révolutionnaire, sa nouvelle silhouette a de quoi séduire et elle ne ressemble en rien à celle de ses devancières. (PL)

***

Lexus LF-A

Plutôt reconnu pour ses voitures de luxe, Lexus a profité du salon de Detroit pour présenter sa définition d'une voiture sport de luxe. Ce coupé au regard agressif demeure strictement une étude de style et ne verra pas le jour comme modèle de production. Des photographes avaient surpris la voiture qui effectuait quelques tours chronométrés au célèbre circuit de Nürburgring, l'automne dernier. En matière de dimensions, l'empattement a 20 centimètres de plus que celui d'une Porsche 911, mais la longueur totale est inférieure de 12 centimètres. Quant aux amateurs de chiffres, qu'ils sachent que ce concept tirait sa puissance d'un moteur V8 avoisinant les 5 litres avec une puissance de plus de 500 chevaux. Le responsable de la conception chez Lexus, Hakei Hirai, a précisé aux journalistes présent à Detroit que, si le modèle ne verra pas le jour, la silhouette, elle, inspirera certaines courbes dans les prochains modèles de production, comme la nouvelle GS qui sera introduite sur le marché plus tard cette année. (BC)

***

Ford SYnus

Il n'est pas toujours simple de baptiser un véhicule-concept, mais je serais curieux de connaître la raison (ou l'inspiration) qui a poussé les gens de Ford à baptiser SYnus cet utilitaire aux allures «armée du XXIIe siècle». L'explication du responsable du style chez Ford, J. Mays, réside dans cette prononciation qui, en anglais, doit être «sinuous» («sinueux», en français). Plus simplement, le SYnus est un véhicule d'assaut urbain à la croisée des chemins entre un fourgon blindé et un char d'assaut miniature. Tout, dans ce véhicule, a été pensé en fonction de la sécurité maximale des occupants: du rideau de fer qui recouvre les fenêtres aux portes blindées an passant par la porte arrière qui s'ouvre à l'aide d'une combinaison de chiffres, comme un coffre-fort de banque. L'intérieur est aussi occupé par un écran géant qui en fait l'endroit idéal pour regarder les plus récents longs métrages. Sous le capot de ce véhicule construit sur la base de la Ford Fiesta, on retrouve un moteur 4 cylindres turbodiesel de 2,0 l et de 134 chevaux. Ce concept n'a pas l'intention de changer de vocation, ont promis les gens de Ford. (BC)

À voir en vidéo