Concentré d’Apple au WWDC

Tentant de deviner les tendances d’une nouvelle normalité hybride et plus hétéroclite qu’avant la pandémie, le p.-d.g. d’Apple, Tim Cook, a ouvert une semaine de conférences destinées aux créateurs d’applications pour ses appareils en parlant de diversité, d’inclusion et du besoin de mieux contrôler l’avalanche d’information que reçoivent les gens chaque jour sur leur mobile et ailleurs.

L’édition 2022 de cette conférence annuelle, appelée Worldwide Developers Conference — ou WWDC pour les habitués —, permet à Tim Cook de faire le point en personne pour la première fois en trois ans sur l’état du monde en général et sur le marché technologique dans lequel baigne sa société. Avec ses 34 millions de développeurs enregistrés, qui conçoivent et vendent selon le cas des logiciels, des applications ou des services pour iPhone,iPad, Mac et autres produits griffés de la pomme californienne, Apple est un important décideur des tendances dans les technos à l’échelle mondiale.

Première tendance : il ne faut pas toujours se fier aux rumeurs. Les médias sociaux promettaient une première incursion officielle d’Apple dans l’univers naissant de la réalité virtuelle et augmentée, avec une plateforme logicielle qui devrait mener à la mise en vente d’un casque quelque part en 2023 ou 2024. Rien de tel n’a finalement été présenté.

Les quelque deux milliers de personnes présentes à l’Apple Park pour témoigner des nouveautés logicielles et matérielles qui verront le jour dans les prochains mois ont plutôt eu droit à un méli-mélo de petites mises à jour et de rehaussements qui, si on avait à tirer un grand arc narratif de tout cela, a manifestement pour but de redonner aux utilisateurs un certain contrôle sur leur vie numérique.

Plus de contrôle

 

Poursuivant sur ce positionnement de grand défenseur de la vie privée pris depuis un an par Apple, Tim Cook et son dauphin de plus en plus apparent, Craig Federighi — qui demeure pour le moment responsable du développement logiciel pour Cupertino —, ont présenté une série d’outils de sécurité et de partage permettant de contrôler ce qui peut être partagé avec des amis, avec la famille ou avec des éditeurs d’applications. Il sera ainsi notamment possible d’annuler l’envoi de messages texte ou même de courriels. Le partage de documents ou de pages Web pour collaborer à distance sera facilité. Des réglages permettant de retirer sur-le-champ l’accès à son ex à ses comptes sur différentes plateformes Web sont regroupés.

La gestion des alertes et de leur rythme de surgissement est aussi étendue à l’ensemble des produits mobiles d’Apple. L’iPhone a droit à un peu plus d’égards de ce côté puisque son écran de verrouillage a été revu pour une personnalisation plus facile.

Apple n’oublie pas non plus le rôle de sa montre connectée dans la santé de ses clients et propose un gestionnaire de médicaments pour aider « la moitié de la population nord-américaine » qui doit suivre un programme de médication à mieux gérer ses dosages.

Parlant de gestion, une des nouveautés probablement les plus importantes pour les finances personnelles des propriétaires américains d’un produit mobile d’Apple est l’ajout dans les outils de paiement de son portefeuille mobile Apple Wallet d’une solution d’étalement des paiements, appelée Apple Pay Later, qui devrait les inciter à dépenser davantage quand ils achètent en ligne.

Ce Wallet peut aussi facilement remplacer la carte de transport en commun qui utilise un système similaire à la carte Opus de la Société de transport de Montréal, mais à une seule condition : que ces réseaux de transport prennent la peine de l’adopter…

Apple Car 2.0

 

Autre produit chimérique qui a fait rêver plus d’un aficionado de la marque californienne, la fameuse voiture intelligente d’Apple a fait une apparition surprise sur scène au WWDC sous les traits de la troisième génération de l’interface pour automobile CarPlay. Cette interface permet déjà d’afficher sur l’écran de la console centrale de son véhicule des applications installées sur un iPhone. La prochaine version va beaucoup plus loin en interceptant l’information tirée de l’ordinateur de bord de la voiture et en affichant cette information — la vitesse, le régime moteur et plus encore — sur « tous les affichages présents à bord de l’auto », assure Apple.

Le cerveau de l’automobile ne sera plus sous son capot, mais dans la poche de son conducteur. Plus d’une dizaine de grands constructeurs automobile sont partenaires de cette aventure. Ce ne sera pas un Apple Car à proprement parler, mais on s’en approche sans cesse un peu plus…

Le Mac nouveau

 

Attendue du côté de l’iPhone ou peut-être de l’iPad, la pièce de résistance s’est finalement révélée être du côté des MacBook, les ordinateurs portables d’Apple. La deuxième génération du système sur puce produit à l’interne et laconiquement nommé M2 promet une puissance accrue variant entre 20 et 40 % par rapport à la génération précédente et promet de replacer le MacBook Air en tête des ventes de portables pour le géant californien.

Avec une performance cinq fois supérieure à celle du dernier MacBook Air animé par une puce Intel, moyennant une consommation d’énergie divisée par quatre, Apple peut se permettre de rouler des mécaniques en faisant revivre une loi de Moore que bien des fans d’Intel et de Microsoft croyaient à la fin de sa vie utile.

Évidemment, sans contrôle, dit l’adage, la puissance n’est rien. Et ce contrôle provient essentiellement des applications et des services que la communauté de développeurs participant au WWDC mettra en marché au cours des prochains mois. Ce qu’ils feront de toutes ces nouveautés reste donc à voir.

À voir en vidéo