Alcan conclut un accord pour vendre ses activités d'électrométallurgie

Alcan a annoncé hier la conclusion d'une entente en vue de la vente de ses activités d'électrométallurgie à la société espagnole Ferroatlantica, dans le cadre d'une transaction qui devrait rapporter quelque 165 millions à la multinationale montréalaise.

La vente concerne précisément la filiale Pechiney Électrométallurgie, dont Alcan avait hérité en janvier dernier dans le cadre de la prise de contrôle du groupe Pechiney pour six milliards. Cette filiale se spécialise dans les alliages qui permettent d'améliorer les propriétés des aciers et des fontes.

L'acquéreur, Ferroatlantica, est la plus importante société espagnole dans la production de ferro-alliages, en plus d'être un producteur indépendant d'électricité.

Alcan avait fait savoir la semaine dernière qu'elle était engagée dans des «pourparlers avancés» avec Ferroatlantica.

La transaction, qui devrait être complétée au deuxième trimestre de 2005, devrait rapporter à Alcan plus de 100 millions d'euros, selon les informations fournies hier.

La présidente et chef de la direction de la division de métal primaire, Cynthia Carroll, a indiqué que cette transaction s'inscrit dans le cadre de la stratégie d'Alcan qui consiste à vendre des actifs «non stratégiques» et de se concentrer sur la production d'aluminium de première fusion.

Plus tôt cette semaine, Alcan avait annoncé la vente de sa participation de 60,2 % dans Aluminium de Grèce, pour environ 130 millions.

Pechiney Electrométallurgie compte environ 1200 employés, soit 900 en France et 300 en Afrique du Sud. Au cours de l'exercice 2003, cette entreprise a généré des revenus pro forma d'environ 280 millions d'euros, soit 460 millions.

L'action d'Alcan à la Bourse de Toronto a clôturé jeudi en baisse de 23 ¢, à 58,68 $.