En bref: La Chine dans Ioukos

Moscou — La compagnie pétrolière chinoise China National Petroleum Corp. (CNPC) pourrait se voir offrir une part de 20 % du capital de la compagnie publique russe qui contrôle la principale unité de production du géant pétrolier Ioukos, a annoncé hier le ministre russe de l'Industrie et de l'Énergie, Viktor Kristenko.

Selon lui, Iouganskneftegaz, la principale filiale de Ioukos vendue aux enchères le 19 décembre, ne fera pas partie du géant gazier russe semi-public Gazprom, mais sera contrôlée par une compagnie séparée, détenue à 100 % par l'État russe. Dans un communiqué diffusé sur le site Internet du ministère, M. Kristenko a fait savoir que CNPC pourrait se voir offrir 20 % du capital de cette compagnie. Moscou semble ainsi vouloir protéger Gazprom d'éventuelles poursuites judiciaires engagées par Ioukos et ses actionnaires après la vente controversée de Iouganskneftegaz décidée par les autorités russes.