Conrad Black est couronné personnalité économique de l'année

Toronto — Affaibli par une année de batailles judiciaires et de guerres d'antichambre, le magnat de la presse Conrad Black a été nommé personnalité d'affaires 2004 par la Presse canadienne et NTR, tandis que la remontée spectaculaire du dollar canadien a été qualifiée d'événement économique de l'année.

Pour une deuxième année consécutive, l'entrepreneur de 60 ans anobli en Angleterre a été retenu par les rédacteurs en chef et les radiodiffuseurs membres de la PC-NTR comme l'homme d'affaires canadien qui a le plus monopolisé l'actualité cette année. Il a obtenu 76 des 143 voix au scrutin, par rapport à 29 sur 61 en 2003.

Les rivaux

Son plus proche rival était de nouveau Robert Milton, avec 31 voix, qui a mené avec succès la restructuration d'Air Canada.

Le président de Westjet, Clive Beddoe, a obtenu neuf voix, tandis que le ministre fédéral des Finances, Ralph Goodale, le suivait avec huit.

Habitué de la controverse, M. Black avait relancé la mise en novembre 2003 quand il a été accusé d'avoir détourné avec ses associés 32 millions $US de Hollinger International, la société qu'il contrôlait.

Originaire de Montréal, le financier a par la suite dû renoncer à son poste de président du conseil et chef de la direction, ainsi qu'à d'autres fonctions au sein de Hollinger. Néanmoins, il demeure l'actionnaire de contrôle du groupe Hollinger, qui a déjà été le troisième groupe de presse mondial pour ce qui est du tirage.

M. Black a dû se défendre devant les tribunaux, qui ont réduit son autorité sur son groupe. Aussi, un juge du Delaware a empêché la vente par Black de Hollinger aux frères Barclay. Avec ses alliés, l'homme d'affaires a toutefois réussi à faire diminuer les réclamations au civil à son encontre.

Par contre, on se demande maintenant, devant les coûts faramineux de ses litiges, s'il arrivera à se redresser financièrement.