Marchés boursiers - Toronto avance avec l'énergie

Toronto — Les secteurs de l'énergie et financier ont fait monter la Bourse de Toronto hier mais celle de New York a reculé malgré un bilan du chômage meilleur que prévu aux États-Unis.

En cette avant-dernière séance de 2004, l'activité était modeste sur les parquets, plusieurs courtiers ayant pris congé pour la semaine.

«La plupart des gens ont rangé leurs affaires», observe avec à-propos Gavin Graham, vice-président de la maison d'investissement Guardian. «Ils ont déjà pris leurs bénéfices et ils restent sur ces positions.»

Le dollar canadien a encore progressé, cette fois de 0,39 ¢US, pour clôturer à 83,01 ¢US. Le dollar américain a pâli un peu plus face à d'autres monnaies de référence: la livre sterling prenait 0,92 ¢US, à 1,9267 $US et l'euro croissait de 0,44 ¢US, à 1,3645 $US.

À Washington, le département du Travail indiquait que les inscriptions au chômage, la semaine dernière, étaient descendues à 326 000 alors que des économistes tablaient plutôt sur 335 000.

Par contre, l'indice des directeurs d'achats, compilé à Chicago, s'affichait à 61,2 pour décembre comparé à une prédiction de 63.

À Bay Street, l'indice S&P/TSX a avancé de 35,32 points, à 9264,40, dans un faible volume de 141,9 millions d'actions transigées.

À New York

Les cours du pétrole brut ont légèrement reculé jeudi sur le marché de New York, après une réaction jugée exagérée aux deux explosions à la voiture piégée mercredi à Riyad.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de light sweet crude pour livraison rapprochée en février a cédé 19 ¢, à 43,45 $US, après avoir pris près de deux dollars mercredi.

Marshall Steeves, analyste de Refco, a attribué le recul des cours au fait que les explosions de mercredi «n'ont pas été dirigées directement contre les installations pétrolières» de l'Arabie Saoudite.

«Il n'y a pas véritablement de menace directe», a souligné M. Steeves, en estimant «un peu exagérée» la réaction du marché mercredi.

À Wall Street, le Dow Jones des 30 industrielles a chuté de 28,89 points, à 10 800,30 et le S&P 500 a grappillé 0,11 point, à 1213,56. L'indice composé du Nasdaq s'est apprécié de 1,34 point, à 2178,34 points.

Les volumes de transactions ont été très faibles, de nombreux opérateurs étant absents en cette période de Fêtes.

À Wall Street, 827 millions de titres ont été échangés, contre le double environ pour une séance ordinaire, et sur le Nasdaq, 1,39 milliard de titres ont été négociés contre 1,7 milliard environ d'habitude.

De son côté, le marché obligataire a nettement progressé: le rendement de l'obligation du Trésor à 10 ans, qui évolue en sens inverse des prix, a baissé à 4,263 % contre 4,322 % mercredi soir et celui sur l'obligation à 30 ans à 4,880 % contre 4,937 %.

«Presque toute l'activité de la semaine a eu lieu lundi», a constaté Stephen Sachs, directeur du courtage chez Rydex Investments.

Il juge cependant qu'il y a «toujours beaucoup d'argent disponible pour être investi dans le marché».