L'activité économique du Québec au point mort

Dans le segment de la construction, l’augmentation atteint les
4 % au troisième trimestre.
Photo: Pascal Ratthé Dans le segment de la construction, l’augmentation atteint les 4 % au troisième trimestre.

L'activité économique a fortement décéléré au Québec au cours des derniers mois, et il n'y a pas de renversement de tendance en vue. Du moins pas avant le deuxième semestre 2005. Ainsi, le poids de la vigueur du dollar sur le secteur extérieur continuera de dominer la conjoncture avant que les dépenses de consommation et les investissements des entreprises ne prennent la relève.

L'indice précurseur Desjardins pour l'économie du Québec s'est replié en novembre pour un troisième mois consécutif. Cet indicateur, conçu pour devancer de trois à six mois l'état réel de l'activité économique, fait ressortir que «la décélération anticipée de l'économie du Québec devrait se manifester d'ici le printemps 2005», ont indiqué les économistes du Mouvement Desjardins, qui se sont empressés d'ajouter: «Bien qu'une cadence plus modérée soit attendue, il ne faut pas céder au pessimisme. L'économie du Québec sera moins vigoureuse, sans toutefois tomber en panne sèche.»

Ces économistes misent sur un rebond au deuxième semestre 2005 grâce «à la bonne tenue des dépenses de consommation, des investissements des entreprises et, dans une moindre mesure, des dépenses gouvernementales». On mise ainsi sur une croissance du PIB s'approchant des 2,5 % l'an prochain, contre une vitesse de croisière de 3 % (en rythme annuel) mesurée au troisième trimestre 2004. Mais entre-temps...

Le recul de 0,2 % de l'indice précurseur Desjardins en novembre vient confirmer «la tendance baissière qui se profilait depuis cet automne». Une tendance qui ressort des données de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ). Selon la lecture la plus récente, le PIB québécois s'est accru de 0,7 % au troisième trimestre après avoir inscrit une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre et de 0,4 % au premier trimestre. Pour les neuf premiers mois, l'augmentation du PIB du Québec atteint 1,9 %, soit une augmentation identique à celle de toute l'année 2003.

Cette apparente accélération masque cependant le fait qu'une partie de la poussée du troisième trimestre est redevable à un accroissement des stocks et que des reculs du PIB ont été enregistrés en août et septembre. C'est donc dire que n'eût été de la poussée de 0,9 % en juillet...

Du côté positif, l'ISQ fait ressortir la vigueur de la demande intérieure au troisième trimestre. Celle-ci «provient en très grande partie de l'investissement des entreprises, qui avance de 3 %, poussé par la construction résidentielle et les investissements en machines et en matériel». Dans le segment de la construction, l'augmentation atteint les 4 % au troisième trimestre. Au cumul, après neuf mois, elle se chiffre à 15,4 %, comparativement à 10,5 % pour l'ensemble de 2003.

Le point sombre vient cependant de la détérioration du commerce extérieur, plombé par la vigueur du dollar canadien. Des exportations en baisse (de 1,7 %) au troisième trimestre, combinées à des importations en hausse (de 1,3 %) pour un quatrième trimestre consécutif, ont creusé le déficit du commerce extérieur à 5,7 milliards, contre

1,7 milliard au trimestre précédent. Un secteur sensible, celui de la production manufacturière, affichait un recul de 0,5 % en septembre après une baisse de 2,1 % en août, a souligné l'ISQ.

Les économistes de Desjardins en rajoutent en parlant d'une évolution à venir du commerce extérieur «particulièrement préoccupante». Ils insistent: «La vigueur du dollar canadien, combinée à la vive concurrence internationale pour les produits manufacturiers, rend les entreprises exportatrices plus vulnérables.» Et même si la devise canadienne s'est repliée depuis ses sommets de novembre à 85 ¢US, elle demeure depuis au-dessus des 80 ¢US, «un niveau susceptible de causer des dommages au secteur industriel». Desjardins n'est pas sans rappeler que la détérioration du déficit du commerce extérieur au troisième trimestre est survenue avec un dollar se situant en moyenne à 76 ¢US.