Les actionnaires d'Alcan approuvent la création de Novelis

Le président d’Alcan, Travis Engen, entouré du secrétaire de l’assemblée, Roy Millington, et du président désigné de Novelis, Brian Sturgell.
Photo: Jacques Nadeau Le président d’Alcan, Travis Engen, entouré du secrétaire de l’assemblée, Roy Millington, et du président désigné de Novelis, Brian Sturgell.

Les actionnaires d'Alcan ont voté à 99,9 % en faveur de la mise en oeuvre de la distribution de ses entreprises de produits laminés à ses actionnaires pour former une nouvelle société qui portera le nom de Novelis. La séparation sera officiellement un fait accompli le 1er janvier, mais il faudra attendre au 4 janvier pour voir la façon dont les marchés boursiers réagiront à ce changement important.

Le partage des actifs entre d'une part Alcan, qui conserve la plus grande partie des activités liées à la bauxite, à l'alumine et à la production d'aluminium, et d'autre part Novelis, qui prend presque toutes les activités liées aux produits laminés, signifie que l'action actuelle d'Alcan sera fractionnée dans une proportion de cinq pour un. En d'autres mots, l'actionnaire qui a maintenant des actions d'Alcan pour une valeur de 100 $ se retrouvera, après la transformation, avec 80 $ en actions d'Alcan et 20 $ en actions de Novelis.

Ce rapport restera-t-il intact une fois que les transactions auront commencé sur les marchés boursiers de New York et de Toronto? Évidemment, personne ne peut prédire exactement ce qui va survenir puisque le marché suit parfois une logique qui défie toute prévision. Toutefois, Travis Engen, président et chef de la direction d'Alcan, ainsi que Brian Sturgell, actuellement vice-président directeur chez Alcan et qui deviendra président et chef de la direction de Novelis, se sont dits convaincus que cette décision sera avantageuse pour les actionnaires.

«Les deux entités bénéficieront d'une focalisation stratégique accrue et d'options de croissance», a déclaré M. Engen, qui a en outre fait valoir que cette solution est une réponse intelligente aux engagements qui découlent de l'acquisition de Pechiney. Les organismes réglementaires européens exigeaient en effet qu'Alcan se départe de certains actifs pour éviter une situation monopolistique avec l'arrivée de Pechiney. Au lieu de vendre ces acquis à une entreprise concurrente, Alcan a opté pour un roulement d'actifs (spin off).

Novelis devient ainsi la plus grande entreprise de produits laminés en aluminium au monde, avec un produit d'exploitation pro forma de 6,1 milliards $US en 2003. Cette société aura son domicile à Toronto et son bureau de direction à Atlanta, un choix fait pour être plus près des importants marchés américains, notamment celui de Coca-Cola, qui sera le plus gros client. Novelis sera présente sur quatre continents, possédera 38 établissements d'exploitation dans 12 pays et fournira du travail à 13 600 personnes, toutes des employés d'Alcan à l'heure actuelle.

Alcan et Novelis seront deux entreprises distinctes, chacune avec ses propres actionnaires, son conseil d'administration et sa direction. Il ne pourra pas y avoir de cumul de fonctions au sein de ces deux groupes. Il va sans dire que les actionnaires actuels seront libres de détenir des actions de l'une et l'autre société. Il sera intéressant de voir si les actionnaires actuels d'Alcan préféreront vendre leurs actions dans Novelis pour réinvestir leur argent dans Alcan. Ce n'est toutefois pas une tendance prévisible.

Par ailleurs, Alcan et Novelis vont demeurer d'importants partenaires d'affaires. Alcan sera par exemple le plus important fournisseur d'aluminium à Novelis, qui pourra néanmoins s'approvisionner aussi auprès de concurrents d'Alcan. M. Sturgell a souligné que les usines de produits laminés d'Alcan achètent depuis très longtemps leur matière première chez Alcan au prix du marché, comme si les deux entités ne faisaient pas partie du même groupe. Dans cette perspective, la séparation des actifs ne changera rien aux rapports qui existent entre le producteur d'aluminium et l'acheteur, Novelis.

Novelis est d'ailleurs propriétaire d'installations de production d'aluminium de première fusion en Amérique du Sud qui sont d'une importance stratégique pour alimenter les usines qu'elle y possède. Du côté d'Alcan, M. Engen juge que «la distribution des actifs à Novelis aura pour effet de renforcer le bilan d'Alcan, ce qui nous permettra de saisir les nouvelles occasions découlant de notre portefeuille d'activités actuel et d'améliorer notre croissance et notre rentabilité». Cela signifie qu'Alcan pourrait éventuellement acquérir des entreprises de produits laminés puisqu'elle en a conservé certaines et faire ainsi concurrence à ses anciennes divisions de produits laminés. Par ailleurs, Novelis n'a pas l'intention de pousser son développement dans le secteur de la production d'aluminium.