Héroux-Devtek resserre ses liens avec l'armée américaine

Le cours de l'action de Héroux-Devtek a bondi de près de 17 % hier après que l'entreprise eut annoncé l'obtention d'un nouveau contrat de 180 millions de l'armée de l'air américaine pour la fourniture de pièces de remplacement pour trains d'atterrissage.

Ce contrat est le complément d'une entente précédente qui avait été conclue en août 2003 en vertu de laquelle Héroux-Devtek se voyait confier pour une période de 10 ans la réparation et l'entretien des trains d'atterrissage pour les appareils C-130, KC-135 et E-3. La valeur de cette entente s'établissait à 140 millions.

Nouvelle étape

L'armée de l'air américaine confie depuis 1970 des contrats d'entretien et de réparation des trains d'atterrissage à Héroux-Devtek. L'entente annoncée hier marque toutefois une nouvelle étape dans cette relation d'affaires puisque jusqu'à ce jour, l'armée de l'air fournissait elle-même les pièces de remplacement nécessaires.

La nouvelle entente entrera en vigueur à compter de l'exercice 2006 et devrait générer des revenus supplémentaires de 13 millions dès la première année. «Cette entente rehausse notre offre de service et démontre de façon explicite toute la confiance dont fait preuve l'armée de l'air américaine envers notre organisation», a déclaré le chef de la direction de Héroux-Devtek, Gilles Labbé.

Les investisseurs boursiers ont réagi avec enthousiasme, propulsant l'action à 4,85 $ en début d'après-midi, en hausse de près de 17 %.

L'analyste Cameron Doerksen, de la firme Dlouhy Merchant, a d'ailleurs révisé à la hausse son cours cible pour l'action de Héroux-Devtek sur un horizon de 12 mois, le faisant passer de 4,60 $ à 4,85 $. À la suite de ce nouveau contrat, l'analyste croit que les revenus de Héroux-Devtek pour l'exercice 2006 atteindront 294 millions (plutôt que 282 millions précédemment), alors que la prévision de bénéfice par action passe de 11 ¢ à 13 ¢.

«Ce nouveau contrat est très positif pour Héroux-Devtek, parce qu'il permet à l'entreprise de consolider une relation déjà forte avec l'armée de l'air américaine en plus de fournir une source récurrente de revenus pour au moins les neuf prochaines années», a précisé M. Doerksen.