Airbus récolte déjà ses étrennes

Le futur géant A380 au montage à Toulouse. Airbus a récemment laissé entendre qu’il avait conclu, avec une compagnie chinoise, un accord de principe portant sur l’acquisition de cinq de ces appareils.
Photo: Agence Reuters Le futur géant A380 au montage à Toulouse. Airbus a récemment laissé entendre qu’il avait conclu, avec une compagnie chinoise, un accord de principe portant sur l’acquisition de cinq de ces appareils.

Paris — L'avionneur européen Airbus, qui s'apprête à battre pour la seconde année consécutive son concurrent américain Boeing en livraisons d'avions de ligne, finit 2004 sur un flot de commandes et décroche un premier client pour son futur A350.

La compagnie aérienne espagnole Air Europa a signé la première intention d'achat pour le nouvel avion commercial d'Airbus, l'A350, se portant candidate à l'acquisition de 10 appareils, livrable entre 2010 et 2012, a indiqué hier l'avionneur européen dans un communiqué.

«Seulement quelques jours après avoir reçu l'autorisation de nos actionnaires d'offrir cet avion sur le marché, Airbus peut déjà annoncer son premier client pour l'A350, et prouve ainsi que cet avion correspond réellement aux besoins du marché», a commenté hier Noël Forgeard, le président de l'avionneur, un peu plus d'une semaine après le lancement officiel du programme le 10 décembre.

Le protocole d'accord, qui porte sur la version A350-800 de l'appareil, est assorti de deux options d'achat supplémentaires. Hors option, il s'élève à 1,53 milliard $US, selon le prix catalogue d'Airbus.

«2004 a été jusqu'à présent, une année de grande réussite pour EADS et Airbus, particulièrement dans la zone Asie-Pacifique, et nous attendons l'annonce d'autres commandes Airbus avant la fin de l'année», avaient indiqué dans la matinée les coprésidents exécutifs d'EADS, maison mère d'Airbus, Philippe Camus et Rainer Hertrich, dans un communiqué.

Les derniers jours de l'année font figure de sprint pour l'avionneur européen qui accumule les victoires commerciales, notamment en provenance d'Asie.

Le géant A380

Airbus a annoncé coup sur coup, samedi et hier, deux importantes commandes d'avions monocouloirs par des compagnies indiennes à bas prix, et son président Noël Forgeard a récemment laissé entendre qu'il avait conclu, avec une compagnie chinoise, un accord de principe portant sur l'acquisition de cinq avions géants A380.

Le numéro un mondial des ventes d'avions de ligne, qui a battu pour la première fois de son histoire son rival américain Boeing en 2003, a remporté hier une commande ferme de 30 appareils, assortie d'une option sur 20 autres auprès de la compagnie à bas prix indienne Air Deccan, pour 1,8 milliard $US. Samedi, il avait annoncé une commande 10 appareils, et 20 options, de la part de la nouvelle rivale d'Air Deccan sur le marché domestique, Kingfisher, pour un montant proportionnel, portant à un minimum ferme de quelque 2,4 milliards $US cette double prise de commande indienne.

Ces deux gros achats s'ajoutent à de précédents succès d'importance pour Airbus qui, avec un objectif de 315 à 320 avions livrés en 2004, a toutes les chances de battre pour la seconde année consécutive Boeing qui table sur 285 unités.

Jeudi, la compagnie malaisienne Air Asia avait notamment annoncé la commande ferme de 40 Airbus A320 pour un montant de 2,5 milliards $US, ainsi qu'une option pour acquérir jusqu'à 40 avions supplémentaires.

Cette rafale de succès commerciaux intervient alors que le président d'Airbus a laissé entendre fin novembre qu'il avait d'ores et déjà signé une lettre d'intention avec une compagnie chinoise pour l'acquisition très attendue de cinq de ses futurs très gros porteurs A380. «C'est vrai que nous avons signé une lettre d'intention» sur cinq A380, avait déclaré sans plus de précision Noël Forgeard le 23 novembre.

Le patron d'Airbus avait refusé d'indiquer l'identité de la compagnie cliente, mais il avait rappelé sa promesse de convaincre un transporteur chinois «avant Pâques». Or, pour signer un contrat à cette échéance, il faut avoir conclu une lettre d'intention «avant la fin de l'année», avait-il expliqué.