Pénurie de lait maternisé hypoallergénique au Québec

Les perturbations chez Abbott, le plus grand fabricant de formules aux États-Unis, causent des problèmes d’approvisionnement pour certains produits hypoallergéniques à travers le Canada.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Les perturbations chez Abbott, le plus grand fabricant de formules aux États-Unis, causent des problèmes d’approvisionnement pour certains produits hypoallergéniques à travers le Canada.

Lorsque Catherine Labrecque-Baker est allée acheter du lait maternisé hypoallergénique à la mi-avril pour son bébé de six mois, son pharmacien de Québec lui a dit qu’il n’en restait plus.

Mme Labrecque-Baker s’est donc rendue dans une autre pharmacie de la ville et a acheté cinq fois la quantité qu’elle prend normalement. Puis elle a commencé à stresser en nourrissant son bébé et en regardant ses stocks diminuer lentement.

Son fils souffre d’une intolérance aux protéines de lait de vache et dépend d’Alimentum, un produit du fabricant américain de lait maternisé Abbott, qui a volontairement rappelé ses produits en février après que quatre maladies ont été signalées chez des bébés qui avaient consommé du lait maternisé en poudre préparé à son usine du Michigan.

« Qu’est-ce que je suis censée faire ? a demandé Mme Labrecque-Baker lundi en entrevue. J’ai pleuré toute une nuit, me demandant ce que je ferais quand je n’aurais plus de formule. »

Les perturbations chez Abbott, le plus grand fabricant de formules aux États-Unis, causent des problèmes d’approvisionnement pour certains produits hypoallergéniques à travers le Canada, selon la porte-parole du Conseil canadien du commerce de détail, Michelle Wasylyshen.

Mais au Québec, les parents remarquent des pénuries d’autres formules sur les tablettes des pharmacies de la province — à la suite d’achats de panique, a ajouté Mme Wasylyshen.

« Il y a un effet d’entraînement », a-t-elle expliqué lors d’une entrevue lundi, faisant référence à des parents comme Mme Labrecque-Baker qui achètent plus de lait maternisé que d’habitude parce qu’ils craignent qu’il soit en rupture de stock.

« Nous ne voulons pas voir un retour aux achats de panique — cette approche n’aide personne, a expliqué Mme Wasylyshen. Certains de nos détaillants ont mis en place des limites à ce que les clients peuvent acheter, juste pour s’assurer qu’il y en a assez pour tout le monde. »

Fabricant sous pression

 

La décision d’Abbott de fermer son usine du Michigan a exacerbé les perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement parmi les fabricants de formules, laissant moins d’options sur les étagères des magasins dans une grande partie des États-Unis.

La société fait partie des quelques fabricants qui produisent la grande majorité du lait maternisé vendu aux États-Unis. Le rappel de produits d’Abbott — impliquant les marques Similac, Alimentum et EleCare — a donc anéanti un large segment du marché destiné aux bébés allergiques ou intolérants aux protéines de lait de vache.

Lundi, Abbott a annoncé avoir conclu un accord avec les responsables américains de la santé pour redémarrer la production dans son usine du Michigan, une étape clé vers l’atténuation d’une pénurie à l’échelle nationale.

Effet domino

 

Le Québec ne fait pas face au même genre de pénurie que les États-Unis, mais Mme Wasylyshen a souligné que des images d’étagères de pharmacie vides dans la province ont commencé à circuler en ligne, ce qui provoque de l’anxiété.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a indiqué lundi qu’il travaillait avec l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) pour limiter le plus possible l’incidence de la pénurie.

« Nous regardons jusqu’en Europe pour contrer ce manque d’approvisionnement », a dit la porte-parole du ministère, Marjorie Larouche, ajoutant que des pénuries sont constatées partout au Canada.

Marilie Beaulieu-Gravel, de l’AQPP, a indiqué qu’après la disparition de la formule Alimentum des étagères, les parents se sont précipités pour acheter Nutragimen, une autre formule hypoallergénique, fabriquée par Mead Johnson & Company.

« Il n’y a pas de problème de production avec ce produit, mais plutôt un effet domino, a expliqué Mme Beaulieu-Gravel lundi en entrevue. La demande pour les produits augmente fortement et de manière inattendue sur le marché. »

Alors que les produits Nutragimen devraient être de retour sur les tablettes d’ici la mi-juin, Mme Beaulieu-Gravel a dit que son association ne s’attendait pas à ce que l’approvisionnement en lait Alimentum reprenne avant la fin de l’été.

Pendant ce temps, certains parents, dont Mme Labrecque-Baker, se retrouvent à chercher du lait maternisé partout, même en ligne.

« J’ai regardé sur Facebook Marketplace, sur Kijiji… Des amis cherchaient ou me donnaient ce qu’ils pouvaient, a relaté Mme Labrecque-Baker. Cette semaine, j’ai dépensé 200 $ parce que je ne peux pas attendre et risquer. Plus je peux stocker, plus je peux nourrir mon enfant. »

À voir en vidéo