Le patron d’Apple s’élève contre les tentatives de réglementation de son App Store

Les détracteurs d’Apple accusent l’entreprise d’avoir conçu l’App Store à son avantage exclusif en s’arrogeant une part considérable des transactions financières qui s’y déroulent.
Photo: Mark Lennihan Associated Press Les détracteurs d’Apple accusent l’entreprise d’avoir conçu l’App Store à son avantage exclusif en s’arrogeant une part considérable des transactions financières qui s’y déroulent.

Le patron d’Apple, Tim Cook, s’en est pris mardi aux tentatives de réglementation de l’App Store, la boutique en ligne du géant technologique américain, assurant que ces projets menacent la protection de la vie privée des utilisateurs de l’iPhone.

Lors d’un sommet de l’International Association of Privacy Professionals à Washington, M. Cook a cherché à recueillir des soutiens, alors même que des responsables politiques, aux États-Unis et ailleurs, veulent obliger Apple à rendre possible l’installation sur l’iPhone d’applications mobiles téléchargées en dehors de l’App Store.

« Nous sommes profondément inquiets des réglementations qui saperaient la protection de la vie privée et la sécurité des services, a affirmé M. Cook. Les dangers auxquels nous faisons face font plus que compromettre nos données : ils compromettent notre liberté en tant qu’êtres humains. »

Le groupe de Cupertino est engagé dans un conflit juridique avec Epic Games, le créateur du jeu vidéo Fortnite, qui a cherché à contourner les règles de l’App Store et qui accuse Apple d’exercer un monopole sur l’achat de biens et services dans sa boutique en ligne. L’automne dernier, une juge fédérale américaine a sommé Apple d’autoriser un autre système de paiement au sein de l’App Store, mais a également estimé qu’Epic n’avait pas réussi à prouver qu’Apple avait enfreint le droit de la concurrence.

La marque à la pomme bataille également avec plusieurs organismes européens de réglementation de la concurrence.

Autoriser les utilisateurs de l’iPhone à « installer manuellement » des applications depuis des boutiques en ligne autres que l’App Store permettrait de contourner le processus de vérification d’Apple qui vise à empêcher la propagation de virus et à limiter la collecte de données, a souligné M. Cook. « Cela veut dire que des entreprises cherchant à exploiter des données seraient capables de déroger à nos règles sur la protection de la vie privée et de se remettre à pister nos utilisateurs sans leur plein gré », a assuré le dirigeant. « Cela permettrait également à des acteurs mal intentionnés de passer outre notre arsenal de mesures de protection de la vie privée en les mettant en contact direct avec nos utilisateurs. »

Les détracteurs d’Apple accusent l’entreprise d’avoir conçu l’App Store à son avantage exclusif en s’arrogeant une part considérable des transactions financières qui s’y déroulent et en exerçant un strict contrôle sur les développeurs d’applications. « Si on nous force à approuver les applications qui n’ont pas été validées, les conséquences inattendues seront profondes », a fait valoir M. Cook. « Nous allons continuer à faire entendre notre voix sur ce sujet », a-t-il promis.

À voir en vidéo