Nouvelle conciliation à Bécancour

En grève depuis le 7 juillet dernier, le syndicat des quelque 800 Métallos de l'aluminerie de Bécancour rencontrera lundi matin la partie patronale pour un premier face-à-face de conciliation en six semaines.

Le rendez-vous a été fixé à la demande du conciliateur du ministère du Travail qui tente de dénouer un conflit notamment axé sur le plancher d'emploi et le régime de retraite. «Si le conciliateur nous convoque, c'est probablement parce qu'il voit une possibilité d'évolution», a dit au Devoir le président du Syndicat des employés de l'ABI (FTQ), Clément Masse, selon lequel les positions des deux parties n'ont pas changé depuis la dernière réunion. Du côté de la direction, la porte-parole Michèle Poulain s'est limitée à dire que l'entreprise, propriété d'Alcoa à 75 %, était «heureuse» de retourner à la table de négociation. L'aluminerie, dont 25 % de la production appartient à Alcan, fonctionne au tiers de sa capacité grâce à une centaine de cadres.