Desjardins ne craint pas la hausse des taux d’intérêt

Le Mouvement Desjardins a fortement abaissé ses provisions pour pertes de crédit en 2021 par rapport à 2020.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le Mouvement Desjardins a fortement abaissé ses provisions pour pertes de crédit en 2021 par rapport à 2020.

Le Mouvement Desjardins ne craint pas une augmentation du nombre d’emprunteurs en difficulté en raison d’une éventuelle hausse des taux d’intérêt. L’état du marché de l’emploi serait plus déterminant pour estimer la résilience des emprunteurs, a expliqué le chef de l’exploitation de la coopérative financière de Lévis, Réal Bellemare, lors d’un point de presse visant à discuter des résultats du quatrième trimestre.

« C’est certain que l’inflation et le taux d’intérêt ont un impact, mais l’impact le plus important pour des pertes de crédit, c’est le taux d’emploi. Présentement, nous sommes dans une situation où on est quasiment à un niveau de plein-emploi. Tant et aussi longtemps que les gens travaillent, la population est capable d’absorber un taux d’intérêt un peu plus élevé. Elle est capable d’absorber l’inflation », ajoute-t-il.

L’assouplissement des mesures sanitaires devrait apporter une « bouffée d’air frais » économique, croit Guy Cormier, le président et chef de la direction. « On a la capacité financière d’avoir un bon rebond de l’économie. »

Le Mouvement Desjardins a fortement abaissé ses provisions pour pertes de crédit en 2021 par rapport à 2020, année où la première phase de la pandémie a forcé la coopérative financière à mettre plus d’argent de côté en cas de pertes.

En 2021, la dotation à la provision pour pertes de crédit de 69 millions était en baisse de 794 millions comparativement à l’exercice de 2020. « C’est difficile d’aller plus bas que ça », admet M. Bellemare, qui prévient que les provisions pourraient remonter vers leur moyenne historique dans l’avenir.

Le Mouvement Desjardins a fait savoir plus tôt mercredi que ses excédents avaient fondu de moitié au cours des trois derniers mois de l’année. L’excédent avant ristourne de 393 millions est en baisse de 483 millions, ou de 55,1 %, par rapport à la même période en 2020. Cette baisse n’est « vraiment pas représentative » de l’exercice 2021, affirme M. Cormier. La direction attribue cette baisse à une accélération des investissements, mais aussi à une révision de ses hypothèses actuarielles pour les assurances de personne.

Au quatrième trimestre, la division Gestion de patrimoine et assurance de personnes affiche une perte de 6 millions, contre un bénéfice de 109 millions à la même période l’an dernier.

La révision des hypothèses actuarielles n’est pas liée à une augmentation de la mortalité ou des réclamations liée à la COVID-19, a précisé Alain Leprohon, chef de la direction financière. Le taux d’abandon des polices d’assurance a été une variable déterminante dans les changements des hypothèses. Les clients ont « eu moins tendance à laisser aller leur police » dans un contexte de faibles taux d’intérêt, a-t-il expliqué. Desjardins a dû renforcer ses réserves pour tenir compte du nombre plus élevé de contrats qui se sont poursuivis. « Ça n’a pas de lien avec la COVID, c’est plus une question de taux d’intérêt. »

La perte du quatrième trimestre n’est pas annonciatrice d’une hausse à venir des primes chez Desjardins, a précisé M. Bellemare. Il a indiqué que le marché de l’assurance de personnes et de dommage était « hautement, hautement concurrentiel » au Canada et que Desjardins ne dictait pas les prix du marché.

La coopérative a aussi souligné que ses frais autres que d’intérêts sont en hausse de 404 millions, à 2,7 milliards, en raison principalement de sommes investies dans des projets stratégiques.

Un nombre record de membres

 

Pour l’année 2021, la coopérative a enregistré une augmentation de 21,6 %, ou 523 millions, à 2,9 milliards, de ses excédents avant ristourne. M. Cormier a souligné que la coopérative a accueilli près de 83 000 membres, soit 64 000 particuliers et 18 000 entreprises. « C’est la meilleure performance depuis vingt ans. »

La provision pour ristournes en 2021 s’établit à 387 millions, ce qui représente une augmentation de 17,3 %, ou 57 millions, par rapport à l’année 2020. En tenant compte des commandites, des dons et des bourses d’études, Desjardins affirme avoir remis 514 millions aux membres et à la collectivité.

À voir en vidéo