MindGeek perd toujours plus de clics

En moins d’un an, la fréquentation mensuelle de Pornhub est passée de 3,2 milliards de visites à 2,1 milliards, soit une baisse de 34%.
Photo: La Presse canadienne En moins d’un an, la fréquentation mensuelle de Pornhub est passée de 3,2 milliards de visites à 2,1 milliards, soit une baisse de 34%.

Au moment où de plus en plus de pays veulent encadrer les sites pornographiques, ceux appartenant à l’entreprise dirigée à Montréal MindGeek enregistrent chaque mois une baisse de leur fréquentation. Les visites sur Pornhub, YouPorn et Pornhub Premium ont dégringolé de 33 % en un an, selon les données colligées par Le Devoir.

L’étau réglementaire se resserre sur quelques sites de MindGeek. La France et l’Allemagne pourraient sous peu interdire certaines de ses plateformes, alors que le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni étudient des projets de loi visant à réduire l’accessibilité des sites qui diffusent du contenu pornographique.

Ce resserrement s’ajoute aux poursuites judiciaires qui se sont multipliées dans la dernière année. Résultat : la fréquentation des plateformes de l’entreprise a considérablement chuté en un an, selon des données publiées par la firme britannique Similarweb obtenues par Le Devoir.

En moins d’un an, la fréquentation mensuelle de Pornhub est passée de 3,2 milliards de visites à 2,1 milliards, soit une baisse de 34 %. Situation comparable pour YouPorn, dont les visites ont dégringolé de 35 %, passant de 274 millions à 176 millions.

La baisse marquée de la fréquentation des sites gratuits de MindGeek — principales portes d’entrée pour son site payant Pornhub Premium — a eu un effet sur ce dernier. Au cours de la même période, le nombre de visites a chuté de 22 %, passant de près de 127 millions de visites à moins de 90 millions.

Protéger les enfants

À quelques exceptions près, des baisses ont été enregistrées dans tous les marchés. Mais c’est en Europe qu’elles ont été les plus marquées, particulièrement en Allemagne, où le nombre de visites s’est effondré de plus de 12 % au cours du dernier mois seulement.

Le pays a adopté de nouvelles lois sur la protection de l’enfance, qui auront pour effet de bloquer les plateformes de diffusion de contenus pornographiques qui ne les respectent pas. Pornhub et YouPorn sont ciblés par les autorités allemandes.

Et l’Allemagne n’est pas la seule à vouloir serrer la vis aux sites pornographiques. L’autorité française de réglementation du secteur audiovisuel a sommé, lundi, cinq populaires sites pornographiques, dont Pornhub, d’empêcher leur accès aux mineurs. En cas de non-conformité, les sites pourraient être bloqués dans les 15 jours.

« J’étais très contente et satisfaite que la France agisse, indique la sénatrice indépendante Julie Miville-Dechêne. Ce n’est pas simple d’être les premiers à vouloir encadrer un secteur. » Celle-ci a d’ailleurs proposé à la fin novembre une nouvelle version de son projet de loi mort au feuilleton à cause des élections fédérales.

L’objectif de cette nouvelle mouture reste le même : protéger les enfants contre l’exposition à la pornographie en obligeant les sites pornographiques à mettre en place un système pour vérifier l’âge de leurs utilisateurs.

Un devoir de diligence

D’autres pays veulent encadrer l’accès à ces sites, rappelle-t-elle. Au Royaume-Uni, un comité parlementaire a terminé l’étude préliminaire de l’ébauche du projet de loi Online Safety Bill. Ce nouveau cadre législatif imposera un devoir de diligence aux plateformes pornographiques, les obligeant à vérifier l’âge des utilisateurs pour s’assurer que les enfants n’ont pas accès à du contenu préjudiciable.

J’étais très contente et satisfaite que la France agisse. Ce n’est pas simple d’être les premiers à vouloir encadrer un secteur.

 

En juin dernier, le Parlement australien a adopté l’Online Safety Act 2021. Les sites pornographiques pourraient là aussi être contraints de mettre en place des systèmes de vérification de l’âge de leurs usagers. Un plan d’action devrait être rendu public d’ici un an.

MindGeek n’a pas répondu à notre demande de commentaires. 

À voir en vidéo