Donner au suivant… version entreprise

Mirego permet à chaque employé intéressé de voir quelle partie du don de l’entreprise lui revient et de décider à quel organisme il désire remettre cette somme.
Photo: Capture d'écran YouTube du Projet Team Forward

Mirego permet à chaque employé intéressé de voir quelle partie du don de l’entreprise lui revient et de décider à quel organisme il désire remettre cette somme.

Pour la deuxième fois en deux ans, la société montréalaise Mirego remettra, au nom de ses employés, 75 000 $ à des organismes de bienfaisance. Et parce qu’elle ne veut pas être la seule à le faire, elle ouvre désormais sa plateforme de dons en ligne aux autres entreprises québécoises qui désireraient en faire autant à l’approche des Fêtes.

La plateforme en question s’appelle le Projet Team Forward et a été produite entièrement bénévolement à l’interne par les employés de Mirego, qui se spécialise dans la création de solutions numériques pour entreprises en tout genre, mais qui a récemment rejoint les rangs du géant agricole de Rivière-du-Loup Premier Tech. Ce dernier prévoit d’ailleurs participer au projet en effectuant une contribution au nom de ses propres employés à des organismes de son choix par l’entremise de la plateforme de Mirego.

« Ça a toujours fait partie de notre volonté chez Mirego, d’avoir un plus grand impact social », souligne Albert Dang-Vu, associé et coprésident de la PME montréalaise. « On a constaté dernièrement que la méthode la plus courante pour faire des dons encore aujourd’hui au Québec était d’émettre un chèque papier, alors on a décidé de créer un outil numérique qui aiderait les entreprises d’ici à se mobiliser davantage. »

Le nom Projet Team Forward est inspiré d’une expression anglophone popularisée en l’an 2000 par le film américain Pay It Forward relatant l’effet boule de neige d’un acte de générosité envers autrui effectué par un jeune écolier dans le cadre d’un devoir en classe. On peut dire qu’il s’agit de la version pour entreprises de cet acte, qui consiste à donner au suivant.

Au-delà du portefeuille

L’objectif de Mirego est d’inciter une centaine d’entreprises à utiliser sa plateforme. Celle-ci permet à chaque employé intéressé de voir quelle partie du don de l’entreprise lui revient et de décider à quel organisme il désire remettre cette somme. Elle peut aussi être divisée en plusieurs dons auprès de différentes causes. Mirego s’engage à remettre la totalité de la somme confiée à son outil numérique aux organismes choisis par ses utilisateurs. Aucuns frais ne leur sont imposés.

« La plateforme a été entièrement créée de manière bénévole. Nous tenons à ce qu’elle demeure entièrement gratuite pour ceux qui désirent l’utiliser. Notre objectif est vraiment de contribuer à ce que la valeur totale des dons qu’on effectue chaque année au Québec augmente durablement », affirme M. Dang-Vu.

Le jeune entrepreneur déplore que le don moyen au Québec soit inférieur à celui effectué par des particuliers vivant ailleurs au Canada. Il est bien conscient des différences culturelles qui expliquent cette situation, mais ce n’est pas une raison pour empêcher les gens qui le désirent d’être plus généreux.

Mirego aimerait à terme étendre la portée de son projet au-delà du monde de l’entreprise pour sensibiliser une plus grande partie de la population à cette forme de financement d’activités de bienfaisance. Albert Dang-Vu aimerait ajouter d’autres formes d’aide à sa plateforme que les dons en argent.

« Plutôt que d’offrir de l’argent, des gens pourraient vouloir donner de leur temps ou faire du bénévolat pour des organismes. En fait, on souhaite plus hausser le nombre de donateurs que la valeur totale en argent des dons eux-mêmes », confie Albert Dang-Vu.

Notre objectif est vraiment de contribuer à ce que la valeur totale des dons qu’on effectue chaque année au Québec augmente durablement.

Écart de générosité

La générosité matérialisée par des dons d’argent n’est pas exclusive au monde des affaires et gagne progressivement en popularité au Québec. Après une année 2020 où cette pratique s’est faite plus discrète en raison de la pandémie, 2021 marque une croissance à la fois du nombre de donateurs et du montant des sommes données dans la province. C’est ce qu’indique l’édition 2021 d’un rapport annuel sur les tendances philanthropiques canadiennes publié par Episode.

Ainsi, 55 % des 1502 Québécois sondés par l’organisme entre le 9 et le 26 septembre dernier disent avoir effectué au moins un don cette année, contre 57 % des répondants d’ailleurs au Canada (sur un total de 2505 personnes interrogées). En outre, 69 % des Québécois prévoient effectuer un don l’an prochain.

Le don moyen au Québec en 2021 s’élève à 240 $, un sommet qui rapproche la province de la moyenne canadienne, qui est de 392 $ cette année, en repli par rapport aux années précédentes (412 $ en 2020 et 459 $ en 2018). L’écart se creuse toutefois si on écarte du calcul les gens qui n’ont effectué aucun don : la valeur moyenne passe à 381 $ au Québec et à 689 $ pour le reste du Canada.

« Maintes fois énoncé par le passé, le constat que les Canadiens des autres provinces donnent plus et ont une culture philanthropique plus développée que celle des Québécois est encore de mise cette année, malgré un indice en baisse du côté des gens du reste du Canada. Cependant, l’écart de générosité entre les résidents du Québec et ceux des autres provinces en 2018 est aujourd’hui réduit. Espérons qu’à l’avenir cet écart continuera de se resserrer, à l’avantage du développement de la culture philanthropique », conclut Episode dans son rapport.

 

À voir en vidéo