Des lacs-à-l’épaule pour se ressourcer en équipe

Isabelle Delorme
Collaboration spéciale
La terrasse de l’Auberge de  la Pointe, qui  offre une vue panoramique  sur le fleuve Saint-Laurent
Auberge de la Pointe La terrasse de l’Auberge de la Pointe, qui offre une vue panoramique sur le fleuve Saint-Laurent

Ce texte fait partie du cahier spécial Tourisme d'affaires

Après des mois de visioconférences et de bouleversements majeurs qui ont affecté nos entreprises, c’est peut-être le bon moment pour partir mener une réflexion en équipe et mieux se retrouver. Les endroits inspirants ne manquent pas pour organiser un lac-à-l’épaule réussi.

C'est le Conseil des ministres du gouvernement Jean Lesage qui a donné son origine à cette expression typiquement québécoise en 1962, en se réunissant dans un camp de pêche du Lac-à-l’épaule (Laurentides) pour prendre des décisions économiques importantes, comme la nationalisation de l’électricité qui donnera naissance à Hydro-Québec. Depuis, elle désigne une réunion de réflexion stratégique interne à huis clos, idéalement dans un endroit qui invite à la créativité. Des experts en stratégie d’affaires nous ont livré leurs conseils et coups de cœur.

Séjour nature en Mauricie et Lanaudière

 

Avec son centre d’écovillégiature parsemé de 35 kilomètres de sentiers et traversé par la rivière du Loup, on se sent loin du chaos de la ville au Baluchon, situé à Saint-Paulin, en Mauricie. « L’auberge offre beaucoup d’activités en plein air dans ses sentiers en bordure de rivière (équitation, ski de fond, etc.) », souligne Marie-Pierre Olivier. La consultante de la firme-conseil Dancause apprécie aussi sa localisation centrale — pratique pour réunir une équipe dispersée géographiquement — et la qualité des assiettes.

Luc Caron, président-directeur général d’Expérience stratégique LC inc., recommande également l’hôtel Sacacomie à Saint-Alexis-des-Monts, très prisé des clientèles européennes pour son ambiance bois rond et sa vue imprenable sur le lac Sacacomie, ou l’Auberge du lac Taureau située de l’autre côté de la réserve faunique Mastigouche, à Saint-Michel-des-Saints(Lanaudière). « C’est un lieu magnifique, on est vraiment dans un endroit naturel ! » lance l’expert qui conseille par ailleurs le site enchanteur de l’auberge La Montagne coupée (Saint-Jean-de-Matha) si l’on souhaite se rapprocher de Montréal.

Quelques jours autour de Québec

 

« À Wendake, l’Hôtel-Musée Premières Nations est le seul hôtel construit dans une réserve indienne au Québec en s’inspirant des rituels et du design des Premières Nations dans l’architecture », souligne Luc Caron. Un lieu unique entre tradition et modernité avec ses poutres en bois et sa maison longue reconstituée à l’extérieur, qui sert à la fois de musée et d’espace d’hébergement. « On s’y sent vraiment hors de la ville », apprécie Marie-Pierre Olivier. Sans compter la table d’inspiration amérindienne, exceptionnelle selon les deux experts.

La station touristique Duchesnay est nichée entre lac et forêt, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. « La SEPAQ y a rénové un complexe avec une excellente table. On peut louer des chalets sur le site, pratiquer des activités en plein air (ski de fond, raquette, kayak, canot) et suivre la piste cyclable jusqu’à Québec », précise Luc Caron.

Marie-Pierre Olivier souligne quant à elle la qualité du service en cette période particulière. « Les règles sanitaires sont respectées, mais on ne se sent pas en prison. Dans certains endroits, la fatigue liée à la pénurie de main-d’œuvre est palpable, mais je n’ai pas ressenti cela à Duchesnay. »

Expériences nordiques

 

Plus au nord, une adresse dépaysante accueille les visiteurs à l’Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix. « Le site de Baie-Saint-Paul, entre le fleuve et les montagnes, est magique », s’enthousiasme Marie-Pierre Olivier qui apprécie l’architecture soignée, la belle vue au bout du champ et la mise en valeur des produits locaux. « Sans que cela se ressente, on est en centre-ville, ce qui permet d’y aller aussi en train », suggère celle qui a également un coup de cœur pour l’Auberge de la Pointe à Rivière-du-Loup, de l’autre côté du Saint-Laurent. « Elle se situe en haut d’une falaise, avec vue sur le fleuve. On y mange très bien et on peut y louer une petite maison au bout du terrain pour une réunion. Je crois que c’est l’une des plus belles terrasses pour admirer le coucher de soleil ! » confie-t-elle.

De quoi se sentir un peu en vacances tout en travaillant, et repartir avec des souvenirs mémorables.

Quelques conseils pour un lac-à-l’épaule réussi

Choisissez un décor qui ressemble à l’équipe. Nous sommes nombreux à avoir besoin de reconnecter avec la nature actuellement. Les endroits de villégiature avec des espaces en plein air apportent de l’évasion et créent des conditions propices à la réflexion et à l’échange. Les établissements hôteliers appliquent des précautions sanitaires que vous pouvez consulter avant réservation.

 

Identifiez vos objectifs et questions du moment, qui peuvent être très variés. On peut par exemple profiter de cette prise de recul pour faire le bilan de l’année, réfléchir aux valeurs, à la vision ou à l’avenir de l’entreprise, trouver des axes d’amélioration, répondre à une situation qui affecte l’activité, ou encore lancer un nouveau produit.

 

Prenez le temps de planifier un programme adapté à vos objectifs. Ne craignez pas d’aborder les sujets de tension s’ils se présentent car leur résolution pourra renforcer la maturité de votre groupe. Pour favoriser les échanges et l’ouverture, vous pouvez ajouter quelques moments conviviaux et activités de construction d’équipe. Faites suivre l’évènement d’un plan d’action en nommant un responsable du suivi.



À voir en vidéo