L’ambulance québécoise 100% électrique fait son chemin

Avec son véhicule 100% électrique conçu en partenariat avec Lion Électrique, Demers Ambulances pourra graduellement s’affranchir des grands constructeurs américains.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Avec son véhicule 100% électrique conçu en partenariat avec Lion Électrique, Demers Ambulances pourra graduellement s’affranchir des grands constructeurs américains.

Demers Ambulances dévoilera d’ici trois semaines la première ambulance 100 % électrique en Amérique du Nord. Développé avec Lion électrique, ce véhicule d’urgence permettra à l’entreprise de Belœil de s’affranchir graduellement des châssis des grands constructeurs américains.

C’est dans ses installations de la Rive-Sud dans la région de Montréal que l’entreprise dévoilera un prototype d’ambulance 100 % électrique le 18 octobre prochain, en compagnie des ministres de l’Économie et de la Santé, Pierre Fitzgibbon et Christian Dubé.

Demers Ambulances travaille depuis 2018 à la conception de ce véhicule avec Lion électrique, qui a développé le châssis et s’est occupé du volet électrification. Demers Ambulances a de son côté réaménagé l’habitacle. « Il était question au départ d’adapter un minibus pour en faire une ambulance », raconte le p.-d.g. de Demers Ambulances, Alain Brunelle. C’est toutefois un modèle répondant spécifiquement aux caractéristiques des véhicules d’urgence qui a finalement été privilégié.

L’entreprise pourra donc s’affranchir graduellement des fourgonnettes commerciales américaines auxquelles elle intègre des équipements médicaux depuis dix générations d’ambulances. Une nouvelle étape pour une compagnie qui, il y a près de 60 ans, s’est lancée dans l’aventure en modifiant des corbillards.

Ce virage vers l’électrique a mené à la reconfiguration du compartiment médical. L’espace de travail des ambulanciers, notamment, a été revisité. « On s’est assis avec des paramédicaux en leur disant : “Si on part d’une page blanche, où les ambulanciers devraient être assis et où la civière devrait être ?”» raconte Alain Brunelle. Résultat : ces professionnels de la santé pourront maintenant porter une ceinture de sécurité même lors de manœuvres d’urgence, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Disponible dès l’an prochain

Les premiers véhicules électriques de Demers Ambulances seront livrés au Canada et aux États-Unis dès l’an prochain. L’entreprise, présente dans 43 pays, compte ensuite vendre ce modèle sur le marché international.

Or, la commercialisation devra suivre le rythme le développement des réseaux de bornes de recharge. « Le problème ne se posera pas dans les casernes, mais il va falloir avoir des discussions [avec le gouvernement du Québec, par exemple,] pour que les ambulances soient rechargées durant la journée aux places d’attente et dans le stationnement des hôpitaux. Pour le moment, il n’y a pas de bornes. »

Autre considération : les normes qui encadrent les véhicules d’urgence dans des États américains. « À certains endroits, les normes font strictement mention de véhicules qui carburent au diesel, par exemple », dit-il.

Plus coûteuse à l’achat, l’ambulance électrique serait plus rentable au fil des ans, assure M. Brunelle. « Sa vie utile sera plus longue et ses coûts d’entretien moins élevés. On dit à nos clients qu’au final, ça va leur coûter autant ou moins cher que l’achat de deux ambulances traditionnelles. »

Demers Ambulances compte s’appuyer sur ses importantes parts de marché en Amérique du Nord, qui sont d’environ 30 %, dans son opération de commercialisation. L’entreprise a multiplié les acquisitions dans les dernières années en mettant la main sur Braun Ambulances et Crestline en 2018, ainsi que sur Medix Specialty Vehicles en avril dernier. Son chiffre d’affaires oscille aujourd’hui autour de 350 millions de dollars.

Le principal concurrent de Demers Ambulances en Amérique du Nord, REV Group, annonçait en avril le développement d’une ambulance électrique en partenariat avec Lightning eMotors. Ce véhicule — une adaptation d’une fourgonnette Ford Transit à combustion interne — sera pour sa part destiné essentiellement au transport de patients entre les hôpitaux.

À voir en vidéo