Hydro-Québec et Énergir veulent des tarifs conjoints dans le secteur résidentiel

Les deux plus importants distributeurs de la province demandent conjointement à la Régie de l’énergie du Québec que les clients d’Énergir qui font la conversion vers la biénergie puissent bénéficier du tarif DT d’Hydro-Québec.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Les deux plus importants distributeurs de la province demandent conjointement à la Régie de l’énergie du Québec que les clients d’Énergir qui font la conversion vers la biénergie puissent bénéficier du tarif DT d’Hydro-Québec.

Pendant que les Québécois se rendaient aux urnes lundi, Hydro-Québec et Énergir ont déposé une proposition de tarif conjoint pour déployer des systèmes biénergie dans le secteur résidentiel, une première étape avant l’adoption dans les milieux commercial et institutionnel de ces systèmes qui utilisent à la fois l’électricité et le gaz naturel.

Les deux plus importants distributeurs de la province demandent conjointement à la Régie de l’énergie du Québec que les clients d’Énergir qui font la conversion vers la biénergie puissent bénéficier du tarif DT d’Hydro-Québec. 

Ce tarif est destiné aux clients propriétaires de systèmes qui utilisent l’électricité comme principale source d’énergie, mais qui sont alimentés par un autre combustible en période de forte demande.

Remplacer les équipements

Dans un tel scénario, l’équipement électrique peut passer à un système qui carbure au gaz naturel lorsque les températures descendent sous la barre des -12 ou -15 °C, selon des zones climatiques définies par Hydro-Québec.

Les clients résidentiels d’Énergir seront donc invités, dans les prochains mois, à remplacer leurs équipements — chauffe-eau, générateurs d’air ou chaudières carburant au gaz naturel — par des technologies électriques.

« Par exemple, les clients seront incités à remplacer leur chauffe-eau au gaz naturel par un chauffe-eau électrique ou [à] installer un système électrique complémentaire au système au gaz naturel pour le chauffage des espaces », peut-on lire dans les documents déposés lundi à la Régie de l’énergie.

Hydro-Québec et Énergir privilégient la biénergie à l’électrification totale des bâtiments. Les distributeurs estiment que « la mise en place des moyens nécessaires » pour répondre à la demande en électricité d’une électrification complète « présente des défis importants et amènerait dans tous les cas des coûts substantiels ».

Le coût de la décarbonation

Or, ce virage ne sera pas sans répercussion sur les revenus et les activités d’Énergir. Le distributeur devra se retirer progressivement des secteurs résidentiel, commercial et institutionnel.

Dans les scénarios évoqués auprès de la Régie, Énergir estime le manque à gagner à 106 millions de dollars d’ici 2030. Pour pallier cette perte de revenus, on demande qu’Hydro-Québec puisse verser à Énergir une contribution annuelle pour la réduction des GES pendant 15 ans à compter du moment de la conversion d’un client à la biénergie.

-12°C
L’équipement électrique pourrait passer à un système qui carbure au gaz naturel lorsque les températures descendent sous la barre des -12 ou -15 °C, selon des zones climatiques définies par Hydro-Québec.

Cette étape est la première phase d’une conversion qui s’étendra aux secteurs commercial et institutionnel et dont des demandes de tarifs conjoints seront sous peu présentées à la Régie.

« Les travaux entourant cette phase 2 sont déjà en cours, mais des analyses additionnelles sont requises pour en arriver à une offre biénergie visant cette clientèle », peut-on lire dans les documents.

Hydro-Québec et Énergir présentent l’initiative comme un moyen d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du Québec, qui sont de 37,5 % par rapport au niveau de 1990 d’ici 2030.

Le Plan pour une économie verte 2030, dévoilé par le gouvernement du Québec en novembre 2020, prévoit réduire de 50 % les émissions de GES issues du chauffage des bâtiments d’ici 2030 en misant, entre autres choses, sur la collaboration des deux principaux distributeurs d’énergie du Québec.

À voir en vidéo