Un coup de main de la Caisse de dépôt à Beyond Technologies

L'objectif de la société informatique Beyond Technologies, en accueillant la Caisse au sein de ses partenaires financiers, est de hausser ses revenus au-delà des 100 millions de dollars annuellement d’ici deux ans.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'objectif de la société informatique Beyond Technologies, en accueillant la Caisse au sein de ses partenaires financiers, est de hausser ses revenus au-delà des 100 millions de dollars annuellement d’ici deux ans.

La société informatique Beyond Technologies reçoit un coup de main de la part de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour assurer sa croissance internationale. Dans une transaction d’une valeur non divulguée, la Caisse a annoncé mercredi qu’elle prendrait une participation de 20 % dans la PME montréalaise.

Beyond Technologies s’impose au Canada comme un des principaux intégrateurs des outils de gestion informatisés pour entreprises du géant allemand SAP. Le virage numérique et infonuagique au sein du marché des entreprises s’est accéléré ces derniers mois et mène la direction de Beyond Technologies à miser sur une expansion de ses activités au-delà des frontières canadiennes.

L’entreprise a vu son chiffre d’affaires annuel passer de 40 millions de dollars en 2019 à 66 millions dollars cette année. Luc Dubois, son p.-d.g., indique que son objectif, en accueillant la Caisse au sein de ses partenaires financiers, est de hausser ses revenus au-delà des 100 millions de dollars annuellement d’ici deux ans. Elle possède des bureaux au Canada, aux États-Unis, en France et en Afrique du Sud, et a déjà dans sa mire deux autres fournisseurs de services informatiques dont elle souhaiterait faire l’acquisition au cours de la prochaine année.

« Avec la pandémie, bien des entreprises ont réorienté leurs activités vers des modèles transactionnels infonuagiques et en ligne. Les grandes entreprises ont un peu tardé à joindre le mouvement mais c’est maintenant fait. Avec son expertise en fusions et acquisitions et son réseau mondial de bureaux et de partenaires, la CDPQ pourra nous accompagner dans nos ambitions de croissance qui visent notamment des acquisitions stratégiques », affirme M. Dubois.

Des gains dans l’infonuagique

L’association de Beyond Technologies avec la société informatique allemande SAP pourrait s’avérer un atout pour l’entreprise montréalaise dans le contexte actuel. Les applications infonuagiques continuent de gagner en popularité dans le monde des affaires et même si SAP est loin derrière les leaders de ce marché que sont Amazon, Microsoft et Google, sa suite de services infonuagiques lancée l’hiver dernier lui a permis d’aller chercher de nouvelles parts de marché dans le créneau des grandes et très grandes entreprises surtout, affirmait le mois dernier le p.-d.g. de SAP, Christian Klein.

SAP doit toutefois jouer des coudes avec un autre poids mi-lourd bien connu du monde informatique : la société californienne Oracle. Les deux se disputent sensiblement les mêmes parts de marché depuis plusieurs mois, ce qui attise l’intérêt d’autres entreprises issues de divers secteurs industriels envers leurs services infonuagiques.

Beyond Technologies mise sur cet intérêt pour poursuivre sa croissance, elle dont le nombre d’employés est passé d’une centaine à plus de 330 au cours des cinq dernières années. Avant l’arrivée de la Caisse au sein de ses principaux investisseurs, l’entreprise a d’ailleurs consolidé sa position parmi les leaders canadiens des services numériques en procédant à l’acquisition l’hiver dernier d’un autre intégrateur des logiciels SAP, une plus petite rivale montréalaise appelée Ibridia.

Beyond Technologies dessert actuellement plus de 150 clients, des entreprises de toutes les tailles, dans les six marchés où elle est présentement en activité.

À voir en vidéo