Innergex dit avoir des projets pour Hydro-Québec

En vertu d’un décret gouvernemental, Hydro-Québec devrait lancer des appels d’offres d’ici la fin de l’année pour l’équivalent de 780 mégawatts en énergie renouvelable, dont un bloc de 300 mégawatts est réservé pour l’éolien.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne En vertu d’un décret gouvernemental, Hydro-Québec devrait lancer des appels d’offres d’ici la fin de l’année pour l’équivalent de 780 mégawatts en énergie renouvelable, dont un bloc de 300 mégawatts est réservé pour l’éolien.

L’équipe d’Innergex se prépare à soumissionner aux appels d’offres qu’Hydro-Québec devrait lancer d’ici la fin de l’année en vue de produire de l’énergie renouvelable, confirme Michel Letellier, son président et chef de la direction.

En vertu d’un décret gouvernemental, Hydro-Québec devrait lancer des appels d’offres d’ici la fin de l’année pour l’équivalent de 780 mégawatts en énergie renouvelable, dont un bloc de 300 mégawatts est réservé pour l’éolien. Les nouvelles sources d’approvisionnement devraient être en fonction en 2026.

M. Letellier a confirmé que le producteur d’énergie renouvelable se préparait à soumettre des projets, dans le cadre d’une conférence avec les analystes financiers visant à discuter de ses résultats du deuxième trimestre. « Nous pourrions proposer des ajouts de production à des installations existantes, ce qui pourrait représenter entre 25 et 50 mégawatts. Nous avons aussi des projets pouvant aller de 300 à 400 mégawatts que nous pourrions soumettre. »

Le dirigeant a toutefois nuancé que ces projets seraient somme toute modestes par rapport aux autres activités de la société de Longueuil. « L’aspect positif est qu’Hydro-Québec et le gouvernement disent qu’il s’agit d’un premier appel d’offres et que d‘autres viendront dans le futur. »

Lors de la publication du décret en juillet, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles avait affirmé que d’autres projets seraient lancés. Les besoins supplémentaires en énergie renouvelable seraient d’au moins 1400 mégawatts d’ici 2029 pour le Québec, selon le gouvernement.

Résultats en hausse

 

Au deuxième trimestre, Innergex a dévoilé un bénéfice net de 0,23 $ par action, comparativement à une perte de 0,02 $ à la même période l’an dernier. Les revenus, pour leur part, sont en hausse de 13 % à 170,6 millions.

Lors de l’appel avec les analystes, plusieurs questions ont été posées sur les installations de Flat Top et Shannon au Texas. Innergex les a exclues de ses résultats, car elle compte les vendre.

Cette décision a été prise en avril dans la foulée du froid record enregistré dans l’État américain en février, qui a forcé un arrêt de la production. M. Tellier a tenté de rassurer les analystes en leur disant que la société ne devrait pas enregistrer d’autres pertes liées à ces actifs d’ici leur vente ou « leur don consensuel ».

« Ne voyez ce qui surviendra à Shannon et à Flat Top que comme un bonus », leur a-t-il dit.

Restrictions de déplacements

 

Les incendies de forêt en Colombie-Britannique ont également provoqué la fermeture de la centrale Kwojek Creek en raison de l’endommagement de la ligne de transport. La société prévoit que cet évènement soit couvert par sa police d’assurance.

M. Tellier a également souligné la mise en service commerciale du parc solaire de Hillcrest en Ohio, qui a commencé à vendre de l’électricité en mai. Le coût du projet a toutefois été révisé à la hausse.

Le dirigeant a admis aux analystes qu’il y avait des inefficiences lors de la construction, notamment en raison des restrictions des déplacements des Canadiens vers les États-Unis, qui a compliqué le travail des firmes canadiennes qui géraient le projet.

À voir en vidéo