Les stocks de semi-conducteurs à leur «plus bas historique»

Le groupe allemand figure parmi les plus grands fabricants mondiaux de puces électroniques, un secteur touché par un déséquilibre inédit entre une demande au plus haut et une offre insuffisante.
Photo: Matthias Balk / DPA / AFP Le groupe allemand figure parmi les plus grands fabricants mondiaux de puces électroniques, un secteur touché par un déséquilibre inédit entre une demande au plus haut et une offre insuffisante.

Infineon, le fabricant allemand de semi-conducteurs a fait état mardi de stocks à leur « plus bas historique », estimant que la pénurie de puces devrait se prolonger jusqu’en 2022. « Les stocks sont au plus bas, nos puces passent directement de la production aux utilisateurs finaux », a déclaré Reinhard Ploss, président du directoire d’Infineon, dans un communiqué.

Le groupe allemand figure parmi les plus grands fabricants mondiaux de puces électroniques, un secteur touché par un déséquilibre inédit entre une demande au plus haut et une offre insuffisante, notamment en raison de perturbations liées à la crise de la COVID-19.

Dans son usine en Malaisie employant 8000 personnes, dans l’État de Malacca, Infineon a dû interrompre la production pendant 20 jours en juin à cause de mesures de confinement locales. Le manque à produire s’est par conséquent élevé à entre « 400 et 500 millions » de semi-conducteurs dans ce centre qui les teste et les emballe, a indiqué M. Ploss lors d’une conférence téléphonique. La production sur ce site sera à nouveau rétablie « d’ici fin août », a-t-il ajouté.

À Austin, au Texas, un site de production a été touché par une tempête cet hiver, mais la production, a désormais retrouvé son niveau habituel. Les récentes crues dévastatrices dans plusieurs régions de l’ouest de l’Allemagne ont aussi eu un impact sur la chaîne de production, a expliqué M. Ploss.

Les capacités de production du fabricant munichois sont freinées au moment où les carnets de commandes sont pleins au point de représenter deux années de ventes, alimentés par l’appétit des consommateurs pour les produits électroniques. Cela prendra « jusqu’en 2022 » pour « retrouver un équilibre offre-demande », a estimé M. Ploss lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

Loin de se résorber

 

Près des deux tiers des entreprises industrielles en Allemagne signalent à ce jour des problèmes de livraison de produits semi-finis qui vont entraver la production, selon une enquête trimestrielle de l’institut munichois IFO publiée lundi.

D’avril à juillet, la proportion d’entreprises concernées est passée de 45 à 63,8 %. La pénurie touche particulièrement les équipementiers électriques (84,4 %), ainsi que les constructeurs automobiles et leurs fournisseurs (83,4 %), ajoute l’IFO.

Dans le secteur automobile, premier débouché d’Infineon, la demande de composants est très forte pour alimenter le boom des véhicules électriques. Mais les constructeurs se trouvent en concurrence avec d’autres industries gourmandes en puces — ordinateurs, téléphones intelligents, objets connectés — qui captent une bonne part de l’offre.

2022
C’est l’année où l’équilibre offre-demande sera retrouvé, selon le président du directoire d’Infineon.

D’avril à juin, le chiffre d’affaires d’Infineon a grappillé 1 % de croissance sur le précédent trimestre, à 2,72 milliards d’euros.

Le groupe a par ailleurs annoncé que son nouveau site de Villach, en Autriche, est prêt à commencer la production de composants de puissance sur tranches de 300 mm, qui peuvent accueillir un plus grand nombre de puces. La capacité installée du site, de 25 % au départ, passera « à 100 % d’ici 4 à 5 ans », a expliqué Jochen Hanebeck, directeur des opérations d’Infineon.

Les composants de puissance jouent un rôle essentiel dans l’efficacité énergétique des équipements électriques.

À voir en vidéo