L’engouement pour les NFT continue de grandir

Les «cryptopunks» demeuraient la catégorie de NFT générant les plus importants volumes de ventes dans les sept derniers jours, pour un total d’un peu plus de 120 millions de dollars, selon les données de NonFungible.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Les «cryptopunks» demeuraient la catégorie de NFT générant les plus importants volumes de ventes dans les sept derniers jours, pour un total d’un peu plus de 120 millions de dollars, selon les données de NonFungible.

L’engouement pour les jetons non fongibles (« NFT », pour non fongibles tokens en anglais), qui avait ralenti depuis le printemps, rebondit ces dernières semaines. Dernier signe en date de cet enthousiasme : l’entreprise canadienne Shopify, spécialisée dans le commerce en ligne, rend désormais disponible la vente de ce type de crypto-actifs, ce qui pourrait les rendre plus accessibles. 

Après un enthousiasme marqué au printemps, le marché des NFT avait connu un gros creux à partir du mois de mai. Mais au cours des derniers jours, les ventes de NFT ont de nouveau explosé, ravivant la popularité de ces objets de collection numériques, selon NonFungible, la plus grande base de données spécialisée dans ce marché.

Au cours des 30 jours ayant précédé le 3 août, un montant record de 392,3 millions de dollars américains a été dépensé pour des NFT, contre un total d’un peu moins de 65 millions de dollars au cours des 30 jours ayant précédé le 3 juillet.

Selon les données de NonFungible, les « cryptopunks » — des illustrations de visages grossièrement pixélisés — demeuraient la catégorie de NFT générant les plus importants volumes de ventes dans les sept derniers jours, pour un total d’un peu plus de 120 millions de dollars.

Très populaires dans les domaines des arts ou du sport, les NFT sont des certificats d’authenticité d’objets numériques de collection, dont l’historique de propriété est conservé et disponible publiquement grâce à la technologie de la chaîne de blocs (blockchain). Il s’agit, en quelque sorte, de l’équivalent numérique des collections de timbres, d’œuvres d’art ou de cartes de sports.

Et certains NFT s’arrachent à prix d’or. En juin dernier, le cryptopunk numéro 7523 — à la peau bleue et portant un couvre-visage — a été vendu à 11,7 millions de dollars à New York par la maison de vente aux enchères de luxe Sotheby’s. Il est ainsi devenu l’objet numérique le plus cher de l’histoire après le collage de l’artiste américain Beeple, qui s’est vendu au printemps pour 69,3 millions de dollars.

Acheter des NFT grâce à Shopify

D’habitude, les transactions de jetons non fongibles se déroulent sur des sites spécialisés, comme les plateformes SuperRare, Nifty Gateway ou encore OpenSea. Mais depuis la fin du mois de juillet, Shopify, la plus importante société canadienne cotée à la Bourse de Toronto, permet elle aussi aux commerçants qui utilisent sa plateforme de mettre en vente des NFT.

« Avant que Shopify n’offre cette possibilité, les commerçants devaient vendre par l’entremise d’un marché tiers, c’est-à-dire moins de contrôle sur la vente et la relation client. Une fois de plus, nous remettons le pouvoir entre les mains des commerçants », expliquait la semaine dernière le président de l’entreprise, Harley Finkelstein, sur son compte Twitter.

Autre différence avec les plateformes de ventes de NFT traditionnelles qui utilisent généralement l’ethereum : l’entreprise d’Ottawa permet l’achat de NFT par carte de crédit ou de débit, selon Bloomberg, élargissant ainsi la possibilité de s’en procurer même sans posséder de cryptomonnaies.

L’équipe de basketball de Chicago, les Bulls, a été le premier client à bénéficier des services de la plateforme Shopify pour le lancement de sa collection Bulls Legacy, divisée en six éditions faisant l’éloge de six victoires emblématiques de l’équipe entre 1991 et 1998. Les jetons se sont rapidement écoulés — en 90 secondes —, selon Kaz Nejatian, le vice-président des services aux commerces de Shopify.

À voir en vidéo