Revenus records pour Goodfood

La société spécialisée dans les repas prêts à cuisiner a dépassé les attentes des analystes en dévoilant mercredi des revenus records au troisième trimestre.
Photo: iStock La société spécialisée dans les repas prêts à cuisiner a dépassé les attentes des analystes en dévoilant mercredi des revenus records au troisième trimestre.

Même si le sursaut de la demande liée à la pandémie est derrière elle, Marché Goodfood poursuit sur sa lancée. La société spécialisée dans les repas prêts à cuisiner a dépassé les attentes des analystes en dévoilant mercredi des revenus records au troisième trimestre.

L’entreprise montréalaise a affiché des revenus en hausse de 24 %, ou 21,2 millions, à 107,8 millions, au cours de la période de trois mois terminée le 31 mai. C’est un montant plus élevé que la prévision médiane des analystes à 96,6 millions, selon une recension de Refinitiv.

Dans la foulée du confinement du printemps 2020, la société avait connu un bond fulgurant d’intérêt de la part des consommateurs au cours de troisième trimestre l’an dernier. Ses revenus avaient bondi de 74 %. Jonathan Ferrari, chef de la direction de Goodfood, s’est dit heureux de constater que la croissance demeure élevée par rapport à l’an dernier. « Nous sommes très heureux de voir les revenus croître de plus de 20 % en comparaison à une période l’an dernier où nous avions profité d’un élan lié au confinement », a-t-il dit lors d’une conférence téléphonique avec les analystes visant à discuter des résultats financiers.

Frederic Tremblay, de Desjardins Marché des capitaux, abonde dans le même sens. « Les résultats démontrent la force de l’entreprise et de sa stratégie, même durant une période de l’année normalement plus difficile où la campagne de vaccination a permis une réouverture des commerces, écrit-il dans une note. Les résultats sont de bon augure pour les mois d’été [le quatrième trimestre]. »

Engagement perceptible

Au cours de la période, le nombre d’abonnés actifs, pour sa part, a augmenté de 17 %, à 317 000, comme l’avait déjà annoncé la société au début du mois de juin. Le revenu moyen par client a atteint un record de 339 $ pour le trimestre, comparativement à 334 $ à la même période l’an dernier. « Ces chiffres reflètent un fort engagement de la clientèle et s’expliquent aussi par un accroissement de l’offre des services d’épicerie », commente Martin Landry, de Stifel GMP, dans une note.

La société a toutefois enregistré une perte nette par action de 0,03 $, comparativement à un bénéfice net de 0,05 $ à la même période l’an dernier. Les analystes anticipaient, pour leur part, une perte de 0,05 $. À son stade de croissance, il est normal qu’une entreprise comme Goodfood fasse des pertes pour financer sa croissance, nuance M. Landry. « Elle est toujours dans une phase où elle bâtit son entreprise. C’est un moment où les dépenses sont enregistrées avant les revenus qu’elles entraînent. Cette situation n’est pas représentative du potentiel de rentabilité dans le futur. »

À voir en vidéo