Cascades quitte l’Europe pour se concentrer sur l’Amérique du Nord

L’augmentation du dividende et les rachats d’actions sont envisagés.
Photo: Moreno Soppelsa iStock L’augmentation du dividende et les rachats d’actions sont envisagés.

Cascades quitte l’Europe après 35 années à y avoir mené des activités. Avec la vente de sa participation de 57,6 % dans Reno De Medici pour un montant estimé à 461 millions $ (315,3 millions d’euros), le spécialiste du papier recyclé veut se concentrer sur ses activités en Amérique du Nord.

« Il faut comprendre qu’il n’y a pas beaucoup de synergies entre nos activités européennes et nos activités nord-américaines, a commenté Mario Plourde, président et chef de la direction de Cascades, en entrevue. Pour nous, les activités européennes étaient moins centrales que les usines nord-américaines. On a obtenu la valeur qu’on voulait et on veut maintenant monétiser les activités européennes pour réinvestir dans nos deux créneaux : l’emballage et le papier tissu. »

Le prix offert par la firme new-yorkaise Apollo représente une prime de 24 % par rapport au prix moyen pondéré des 90 derniers jours, affirme Cascades dans un communiqué.

Benoit Laprade, de Banque Scotia, croit que la société a obtenu un bon prix pour Reno De Medici. « C’est un développement positif tandis qu’elle vend un actif mal-aimé à une prime attrayante sur sa valeur et à un prix supérieur à la valeur que nous lui avons accordée. » La transaction a incité l’analyste à bonifier sa recommandation, qui passe de « performance de secteur » à « surperformance ».

Les investisseurs ont également bien réagi à la nouvelle. À la fermeture de la Bourse, lundi, l’action de Cascades a augmenté de 6,34 %, ou 0,96 $, à 16,10 $.

L’essaimage des activités européennes permet de réduire l’endettement de la société, qui passe de 2,5 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) à 2,26 fois, note, pour sa part, Frédéric Tremblay, de Desjardins Marché des capitaux.

De l’argent pour des investissements

En entrevue, M. Plourde précise que la transaction lui procure une plus grande flexibilité financière. Il ajoute que la faiblesse des taux d’intérêt, qui réduit le coût de l’endettement, est également un atout. « Ça va nous donner la flexibilité financière pour poursuivre des occasions financières et naturellement on va utiliser ces ressources pour faire croître l’entreprise. »

Parmi les investissements que déploie Cascades, son dirigeant donne en exemple la construction d’une usine en Virginie qui fabriquera des boîtes en carton plus légères. « Pour le commerce électronique, les boîtes n’ont pas besoin d’être si rigides. On est le cinquième joueur en Amérique du Nord pour l’emballage. Ça [la vente des actifs en Europe] va nous permettre de faire des acquisitions ou de construire des usines. »

L’augmentation du dividende et les rachats d’actions sont également envisagés. « On aura la possibilité de le faire si le conseil d’administration l’accepte, explique le dirigeant. On a déjà dit qu’on voulait ramener le dividende à un seuil comparable à celui de nos pairs, qui est entre 3 % et 3,5 %. » Le rendement du dividende est actuellement de 2,11 %.

La Caisse, toujours actionnaire

 

La Caisse de dépôt et placement du Québec participe également à la transaction. Dans une entente séparée, Apollo achètera aussi la participation du bas de laine des Québécois. La firme new-yorkaise contrôlera donc 67 % des actions de Reno De Medici.

Dans le dernier rapport annuel, la Caisse disait détenir 34,45 millions d’actions dont la valeur était évaluée à 52,1 millions de dollars. Au prix de 1,45 euro, la transaction pourrait représenter une entrée de fonds d’environ 73 millions de dollars pour l’institution.

La Caisse n’a plus de partenariat avec Cascades pour le moment, mais elle demeure actionnaire, a précisé M. Plourde. L’entreprise avait d’ailleurs racheté la participation de l’institution dans la filiale américaine Greenpac en décembre 2019 pour un montant de 93 millions de dollars américains. La Caisse demeure actionnaire de l’entreprise fondée par la famille Lemaire, le quatrième en importance, avec une participation de 5,03 %, ou 5,15 millions d’actions, selon une compilation de Refinitiv.

La vente de Reno De Medici devrait être finalisée au cours du troisième trimestre 2021 et est assujettie aux approbations réglementaires.

À voir en vidéo