Les prévisions américaines de croissance 2021 et 2022 révisées à la hausse

Les dépenses de consommation sont enfin stimulées par l’augmentation de l’épargne des ménages pendant la pandémie.
Photo: Nam Y. Huh Associated Press Les dépenses de consommation sont enfin stimulées par l’augmentation de l’épargne des ménages pendant la pandémie.

Les États-Unis vont enregistrer en 2021 et en 2022 une croissance plus forte que prévu grâce aux dépenses de consommation qui ont été dopées par l’épargne des ménages accumulée pendant la pandémie, selon les projections actualisées des services du budget du Congrès (CBO) publiées jeudi.

Cette agence indépendante table désormais sur une hausse du PIB de 6,7 % cette année, contre 4,6 % estimé en février dernier. Pour 2022, elle projette une croissance de 5 % contre 2,9 % estimé quelques mois plus tôt.

Ces prévisions sont publiées alors que le gouvernement Biden s’efforce de faire adopter son gigantesque projet d’investissements dans les infrastructures qui pourrait stimuler davantage la croissance et créer des emplois.

Le PIB de la première économie mondiale s’était contracté de 3,5 % en 2020, sa plus forte baisse depuis 1946, sous l’effet de la paralysie de l’activité économique consécutive aux efforts mis en œuvre pour contenir la propagation de la COVID-19.

6,7%
Il s’agit de la hausse du PIB estimée pour cette année, contre 4,7% qui avait été estimé en février dernier par les services du budget du Congrès.

Mais « l’agence s’attend à ce que les politiques budgétaires récemment adoptées stimulent la croissance », a commenté Maya MacGuineas, présidente du Comité pour un budget fédéral responsable, dans un communiqué. Il ajoute que « les effets de la distanciation sociale sur l’activité économique en 2021 seront plus faibles que prévu en février, reflétant un retour à la normale ».

Les dépenses de consommation sont enfin stimulées par l’augmentation de l’épargne des ménages pendant la pandémie.

En conséquence, les projections d’inflation de l’agence sont également supérieures aux projections qu’elle avait faites en février : + 2,6 % cette année et + 2,1 % en 2022. Sur le front de l’emploi, l’agence CBO s’attend désormais à une baisse du chômage à 4,6 % cette année après 6,8 % à la fin 2020. Il devrait tomber à 3,6 % l’an prochain près des 3,5 % enregistrés avant le déclenchement de la crise.

 

À voir en vidéo