Bond du nombre de postes vacants au Canada, surtout au Québec

Le nombre de postes vacants dans le secteur de la construction a augmenté de 33,1%, à 46 400, le nombre le plus élevé depuis 2015.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Le nombre de postes vacants dans le secteur de la construction a augmenté de 33,1%, à 46 400, le nombre le plus élevé depuis 2015.

La pénurie de main-d’œuvre qui afflige l’économie canadienne se manifeste notamment par une augmentation du nombre de postes vacants qui est particulièrement présente au Québec.

Statistique Canada a dénombré au pays 553 500 postes vacants au premier trimestre de 2021, 7,9 % de plus qu’à la même période l’an dernier et 9,4 % de plus qu’au premier trimestre de 2019. Le taux de postes vacants était de 3,6 % lors des trois premiers mois de l’année en cours, le taux le plus élevé depuis que des données comparables ont commencé à être publiées en 2015. Cette augmentation est le résultat à la fois d’une hausse du nombre de postes vacants et d’une baisse (-1,12 million ou -6,9 %) du nombre d’emplois salariés.

Et pendant que les postes vacants se faisaient plus nombreux, le nombre de chômeurs a fortement progressé au cours de la même période, de 427 000, en raison des restrictions de santé publique liées à la COVID-19.

Santé et construction

Statistique Canada a observé qu’au premier trimestre de 2021, le nombre de postes vacants dans le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale a bondi de 39 % en un an, la plus forte hausse parmi tous les secteurs, pour atteindre 98 700. Le nombre de postes vacants dans le secteur de la construction a augmenté de 33,1 %, à 46 400, le nombre le plus élevé depuis 2015.

Par rapport au premier trimestre de 2020, c’est le Québec qui a contribué le plus à l’augmentation du nombre de postes vacants dans le secteur de la construction (+3700). Du premier trimestre de 2020 au premier trimestre de 2021, le nombre de permis de bâtir délivrés au Canada a progressé de 37,3 %, et la hausse a été de 63,7 % au Québec, ajoute l’agence fédérale.

D’ailleurs le Québec a affiché l’augmentation la plus marquée du nombre de postes vacants au premier trimestre de cette année, de 18 500, ou 14,4 % par rapport à un an plus tôt. La région de la Côte-Nord/Nord-du-Québec a été la plus affectée, avec une hausse de 6,1 %, suivie de la région de la Capitale-Nationale, à 4,8 %, des Laurentides, à 4,7 % et de l’Outaouais, à 4,6 %.

« À mesure que le Canada sortira de la troisième vague de la pandémie au cours de l’été, les données mensuelles de l’Enquête sur les postes vacants et les salaires fourniront un éclairage sur les défis auxquels ont fait face les employeurs cherchant à reprendre pleinement leurs activités », souligne Statistique Canada.

Avec Le Devoir

À voir en vidéo