La pandémie a révélé le télétravail aux PME

Selon les résultats d’un sondage de la Banque de développement du Canada, 55% des employés de PME au Canada préféreraient continuer à travailler à distance autant qu’ils l’ont fait pendant la pandémie, voire davantage.
Photo: Laurence Dutton Getty Images Selon les résultats d’un sondage de la Banque de développement du Canada, 55% des employés de PME au Canada préféreraient continuer à travailler à distance autant qu’ils l’ont fait pendant la pandémie, voire davantage.

Dans l’entreprise d’enseignement technique de Jeremy Shaki, l’effectif d’environ 75 personnes n’a pas toujours été aussi enthousiaste vis-à-vis du télétravail.

Toutefois, à mesure que la pandémie se prolonge et que Lighthouse Labs investit davantage dans l’infrastructure et les programmes aux employés pour rendre le travail à distance plus agréable, les perceptions changent.

« Au fur et à mesure que les mois de septembre à novembre de l’année dernière avançaient, nous avons commencé à demander aux gens “voulez-vous revenir au travail ou non ?”» a raconté M. Shaki, cofondateur et chef de la direction de Lighthouse Labs. « Et comme nous le voyons dans les sondages, la plupart des gens voulaient le télétravail avec la possibilité de se présenter parfois en personne. »

M. Shaki estime que les investissements de son entreprise dans les infrastructures à distance et les allocations de mobilier pour améliorer les espaces de travail à la maison des employés ont contribué à rendre les travailleurs plus à l’aise avec le télétravail.

Et, en fin de compte, cela fonctionne également très bien pour l’entreprise, explique M. Shaki. Maintenant, il peut augmenter ses effectifs sans avoir à augmenter son espace de bureau et à faire grimper les coûts associés.

Sondage

Selon les résultats d’un nouveau sondage de la Banque de développement du Canada (BDC), 74 % des propriétaires de petites et moyennes entreprises ont indiqué qu’ils prévoyaient d’offrir à leurs employés la possibilité de travailler à distance après la pandémie. Ils ont également révélé que 55 % des employés préféreraient continuer à travailler à distance autant qu’ils l’ont fait pendant la pandémie, voire davantage.

Pierre Cléroux, économiste en chef à BDC, a indiqué que, même s’il pouvait sembler que les petites entreprises préféreraient un environnement de bureau en présentiel, où les liens sont plus étroits, bon nombre de ces organisations ont trouvé des avantages au travail à distance.

« Ils ont été en quelque sorte forcés de le faire, mais ils ont compris que cela fonctionnait et qu’il y avait beaucoup d’avantages pour eux-mêmes et pour leurs employés », a-t-il souligné. « Surtout dans les grandes villes, où les gens passent beaucoup de temps à se déplacer, les propriétaires ont compris que la flexibilité du travail à distance était en fait un grand avantage. »

Investissements

Le fait que les employeurs ont été contraints de mettre en place le travail à distance pendant la pandémie est important, a estimé M. Cléroux, car cela signifie qu’ils ont investi dans l’infrastructure informatique et les mesures de sécurité. Cela signifie aussi que les petites et moyennes entreprises, qui auraient encore plus de mal à faire ces investissements en raison de capitaux limités, ont désormais la capacité d’avoir une main-d’œuvre à distance.

En conséquence, des entreprises interrogées de la plupart des secteurs de l’économie prévoient de mettre en œuvre le télétravail après la pandémie.

[Les propriétaires] ont compris que cela fonctionnait et qu’il y avait beaucoup d’avantages pour eux-mêmes et pour leurs employés

Dans quelques secteurs, comme celui de la fabrication, une minorité d’entreprises envisageaient le travail à distance. Mais dans le secteur de la technologie, près de 90 % des entreprises interrogées ont indiqué qu’elles allaient donner la possibilité à leurs employés de travailler depuis leur domicile.

M. Shaki a indiqué que, même s’il pense que le télétravail est la voie à suivre, il estime que les entreprises comme la sienne ont un long chemin à parcourir pour trouver l’équilibre qui leur convient le mieux. Que les entreprises préfèrent que leurs employés soient sur place ou travaillent à distance fera souvent partie de la culture de chaque lieu de travail. De la même manière que certaines entreprises technologiques ont des tables de ping-pong dans les espaces communs tandis que d’autres sont moins sociales.

« Maintenant que les choses reviennent un peu à la normale […], je pense qu’il y a beaucoup de choses que nous allons devoir résoudre, pour lesquelles tout le monde est prêt à travailler en ce moment, parce que c’est une nécessité », a noté M. Shaki.

À voir en vidéo