Rendement négatif pour le RPC

Toronto — À son premier trimestre clos le 30 juin, l'organisme qui investit au nom du Régime de pensions du Canada (RPC) a eu un rendement négatif de 0,3 %, indiquait-il hier.

La valeur du fonds de réserve de l'Office d'investissement a crû quand même de 2,7 milliards à 73,2 milliards comparativement à un an plus tôt. Cette valeur dépend du rendement de placement et des cotisations au RPC, desquels sont soustraites les prestations versées aux pensionnés.

Selon le président de l'Office d'investissement, John MacNaughton, ce dernier bilan ne menace en rien le fonds de réserve, qui est géré «avec un objectif sur 25 ans, pas pour des résultats trimestriels». Ainsi l'argent administré maintenant ne sera pas requis pour payer des prestations avant 2017, a-t-il noté en conférence téléphonique. «Ces fluctuations à court terme sont bien à l'intérieur des paramètres prudents de notre stratégie de portefeuille à long terme», a-t-il dit.

Ce rendement trimestriel négatif, l'Office d'investissement l'explique ainsi: l'investissement sur le marché des actions et dans l'immobilier a rapporté 267 millions, soit 0,8 % de rendement, ce qui a été «neutralisé par la baisse de 1,3 % (494 millions) de la valeur du portefeuille de titres à revenu fixe (obligations surtout), due à la hausse des taux d'intérêt»; la perte nette de placement de 0,3 % représente 227 millions.

La croissance de 2,7 milliards du fonds de réserve tient à l'apport de 2,9 milliards de cotisations, moins les prestations et moins cette perte de placement de 227 millions.

«Ces piètres résultats n'ont rien de surprenant après quatre trimestres consécutifs de fort rendement des actions et des titres à revenu fixe», indique un communiqué de l'organisme.

Au 30 juin, l'actif du RPC réunissait 37,4 milliards en obligations et titres monétaires ainsi que 35,8 milliards en actions de sociétés (cotées en bourse et à capital fermé), en immobilier et infrastructure.