Fraudes comptables - Halliburton de nouveau accusé

Dick Cheney
Photo: Agence Reuters Dick Cheney

New York — Quatre anciens cadres d'Halliburton ont lancé de nouvelles accusations de fraudes comptables contre le groupe de services pétroliers pour la période 1998-2001, en partie lorsque l'actuel vice-président américain Dick Cheney était p.-d.g, rapportait hier le New York Times.

Ces accusations, dans le cadre d'une plainte en nom collectif intentée pour défendre les actionnaires du groupe, «vont bien au-delà» des fraudes comptables qui viennent de faire l'objet d'un règlement à l'amiable avec les autorités boursières (SEC), ajoute le quotidien américain.

La SEC s'était penchée sur des communiqués financiers trompeurs en 1998 et 1999. Or c'est désormais la période 1998-2001 qui est visée. Dick Cheney, de nouveau colistier du président George W. Bush pour l'élection de novembre, a été p.-d.g. d'Halliburton entre 1995 et 2000.

Les nouvelles accusations, déposées devant un tribunal fédéral de Dallas, se concentrent sur la filiale d'ingénierie Kellogg Brown and Root (KBR), qui aurait surfacturé ses services afin de gonfler artificiellement ses résultats financiers. Un employé de comptabilité se serait vu ordonner par ses supérieurs de faire tout son possible pour que KBR affiche des activités rentables et satisfasse ainsi les attentes des analystes de Wall Street, selon les accusations.

Ce complément de plainte ne vise pas personnellement Dick Cheney, dont le New York Times rappelle qu'il a coopéré pleinement à l'enquête de la SEC.

Réagissant à ces nouveaux éléments, Halliburton a parlé de «plainte recyclée».

En juin, a ajouté Halliburton dans un communiqué, le tribunal de Dallas a donné son feu vert préliminaire aux règlements à l'amiable d'environ 20 plaintes en nom collectif liées à des fraudes boursières, dont deux déposées par les mêmes anciens cadres accusateurs. Selon le groupe, c'est donc la troisième fois que les attaques se font sur la base des mêmes éléments alors que la justice s'est déjà prononcée.