BCE reçoit un coup de pouce du sans-fil

Grâce à de meilleures marges et à la croissance de la téléphonie sans fil, BCE a réalisé un bénéfice net de 571 millions au deuxième trimestre clos le 30 juin.

Le groupe industriel basé à Montréal soulignait hier qu'il s'agit d'un gain de 19,5 % sur le profit de 478 millions affiché pour les mêmes trois mois en 2003. Le chiffre d'affaires également a augmenté, de 2,3 % à 4,78 milliards, par rapport à 4,67 milliards un an plus tôt.

Selon le président de BCE, Michael Sabia, ce bilan en progression tient aussi à la performance du service d'Internet à haute vitesse. Ainsi, le nombre d'abonnés à ce service a grimpé de 30 % à 1,7 million durant le trimestre, alors que BCE a lancé son partenariat avec le site msn.ca, de Microsoft. Dans sa gamme de services sans fil, la compagnie a accru d'environ 500 000 son effectif d'abonnés, le portant à 4,6 millions et accroissant de 2 $ son revenu moyen par usager, à 50 $.

À part les gains dans ces secteurs innovants, BCE a subi des reculs dans les revenus de téléphonie locale et des appels interurbains. Les ventes de ce dernier segment ont diminué de 7 % suite à la fin de certains contrats de gros sur le marché international; quant à la téléphonie locale, les ventes ont chuté de 2 %.

La division Globemedia, qui regroupe le quotidien Globe & Mail et le réseau de télévision CTV, affiche un bénéfice d'exploitation de 74 millions, comparé à 62 millions un an plus tôt.

Au total pour le semestre, les revenus de BCE se sont chiffrés à 9,42 milliards, contre 9,29 milliards un an plus tôt. Le bénéfice net s'est établi à 1,02 milliard, contre 912 millions au premiers emestre de 2003, ou à 1,11 $ l'action contre 1 $.