Deuxième trimestre - De meilleurs prix pour l'acier ont favorisé Stelco et Dofasco

Stelco a confirmé la vente de ses divisions Stelwire et StelpipeToron — La société de métallurgie Stelco a annoncé, hier, avoir dégagé un bénéfice net de 42 millions (41 ¢ l'action) à son deuxième trimestre clos le 30 juin.

Sur la même période en 2003, l'entreprise basée à Hamilton avait subi une perte nette de 83 millions (83 ¢ l'action). Ce revirement tient aux meilleurs prix obtenus pour l'acier. Le chiffre d'affaires a ainsi bondi à 884 millions, contre 700 millions un an plus tôt.

Néanmoins, Stelco, qui s'est mise sous l'égide de la loi sur les faillites en janvier dernier, rappelle qu'elle devra réduire ses coûts pour assurer son avenir à long terme. «Dans un contexte de prix de l'acier élevés comme jamais, et qui ne dureront pas, nous avons bien sûr fait un profit», note la direction. En outre, la demande est forte et la disponibilité d'acier est limitée.

Malgré ce bilan trimestriel, la dette à court terme a augmenté de 29 millions en écart annuel.

La compagnie a aussi confirmé hier la vente de ses divisions Stelwire et Stelpipe, qui produisent du fil d'acier et des tiges.

Algoma aussi

Pour une autre aciérie ontarienne, Algoma, de Sault-Sainte-Marie, le trimestre s'est soldé par un bond substantiel du bénéfice net. L'entreprise a réalisé un profit de 78 millions (2,05 $ l'action) contre 3,8 millions (15 ¢ l'action) un an plus tôt.

Là aussi, de meilleurs prix sur le marché pour toute la gamme de produits ont poussé le bilan à la hausse. Les ventes ont également progressé, à 439,8 millions, contre 303,9 millions sur les mêmes trois mois en 2003. Algoma, qui a pu mener sa restructuration après avoir quitté l'égide de la loi sur les faillites au début de 2002, a touché au dernier trimestre un prix moyen à la tonne de 729 $, comparé à 472 $ un an plus tôt.