Les régimes de pension restent en territoires positifs

La performance moyenne des caisses de retraite est demeurée en territoire positif pour un cinquième trimestre consécutif. Le rythme de cette remise en forme progressive a toutefois été altéré par les pressions à la hausse sur les taux d'intérêt observées au cours de la période d'avril à juin. Ce renversement de tendance a cependant eu un double effet. S'il a pesé sur la composante obligataire des portefeuilles au deuxième trimestre, il se veut positif à plus long terme pour les régimes frappés d'un déficit actuariel.

Dans sa lecture des rendements affichés au deuxième trimestre, Benchmark a mis l'accent sur le renversement de tendance anticipé des taux d'intérêt. «Éprouvés par le trimestre le plus difficile sur le marché obligataire en une décennie, les fonds de retraite canadiens ont tout juste réussi à dégager des rendements positifs au deuxième trimestre», a souligné la branche d'analyse des placements de RBC Services Internationaux, dont l'univers est composé de 250 milliards de dollars en actifs répartis entre quelque 2700 portefeuilles gérés.

Benchmark retient que les fonds équilibrés ont affiché une performance de 0,3 % seulement au cours des mois d'avril à juin, ce qui porte tout de même le rendement des six premiers mois à 4,2 %. C'est la composante obligataire de ces fonds équilibrés qui est venue plomber les résultats d'ensemble, les titres à revenu fixe perdant 2 %, en moyenne, au cours du deuxième trimestre. «La spéculation sur la probabilité de hausses des taux d'intérêt a affecté tous les marchés ce trimestre-ci, mais ce sont les obligations qui ont le plus pâti», a ajouté la firme d'analyse.

Ces anticipations, qui ont influencé l'ensemble de la courbe de rendement, ont été renforcées par la décision de la Réserve fédérale américaine, prise le 30 juin dernier, de mettre un terme à une période de quatre ans sans hausse en commandant une remontée de 25 points, à 1,25 %, de son taux sur les prêts interbancaires.

Les performances les plus solides au deuxième trimestre de 2004 ont été observées du côté des actions internationales, dont le rendement trimestriel s'est chiffré à 2,9 % lorsque exprimé en dollars canadiens. Les gains de change ont compté pour plus de la moitié de ce rendement. Benchmark a également souligné que, même si l'indice TSX de la Bourse de Toronto a stagné durant le trimestre, les gestionnaires de portefeuille d'actions canadiennes ont généralement mieux fait que cet indice de référence en dépassant le marché de 1,2 % en surpondérant le poids des secteurs des matériaux, des services financiers et des valeurs industrielles.

Cette lecture s'ajoute à celle de Mercer. La firme de consultation en gestion de placement a conclu, le 26 juillet dernier, que les régimes de retraite ne pouvaient que se porter mieux après cinq trimestres consécutifs de rendements positifs. Certes, la performance médiane n'aura été que de 0,3 % entre avril et juin, les gains de toutes les catégories d'action ayant été en définitive annulés par les pertes sur papier compilées sur le marché obligataire. Or, «malgré le rendement négatif des obligations, dans l'ensemble la situation est positive pour les régimes de retraite depuis le début de l'année. Après six mois, le rendement médian des fonds affiche 4,1 %.»

Et Mercer de rappeler: «Ce résultat, combiné à la réduction du passif de solvabilité en raison de la hausse des taux d'intérêt, signifie que la santé générale de la caisse de retraite canadienne type s'est légèrement améliorée depuis le début de l'année.»

La firme de consultation calcule un indice qui mesure l'incidence des marchés sur la situation financière des régimes de retraite. Cet indice de santé financière est passé de 90 à 91 % en avril, une hausse timide qui masque cependant le fait que cet indice se situait à 82 % au deuxième trimestre de 2003, a mis en exergue le cabinet.