Le tirage gonflé rattrape le Sun-Times

Chicago — Le quotidien Chicago Sun-Times a réduit de 23 % son tirage d'exemplaires vendus en kiosque; le 15 juin, son éditeur avait admis en avoir gonflé les chiffres pendant des années.

Cette correction de 23 % correspond à 72 000 exemplaires, en vertu du rapport de l'éditeur publié l'automne dernier.

John Cruickshank, éditeur du Sun-Times, a affirmé jeudi ne pouvoir établir encore le montant qu'il faudra rembourser aux annonceurs — la grille des tarifs dépend traditionnellement du tirage. Le propriétaire du journal, Hollinger International, précise que le comité de vérification a embauché une firme comptable indépendante pour «l'aider à mener son examen», dont les résultats sont attendus d'ici «quelques semaines».

Selon Hollinger International, l'écart entre le tirage proclamé et le tirage réel a été découvert lorsqu'une nouvelle direction a succédé à Conrad Black, qui avait dû quitter le poste de président en novembre. Deux semaines après la révélation du 15 juin, le cadre responsable du tirage et son prédécesseur ont eux aussi démissionné.

Les annonceurs ont alors intenté des poursuites en dommages contre le Sun-Times et Hollinger International, dont la société mère est le groupe Hollinger, de Toronto, contrôlé par M. Black.

Les ventes en kiosque représentent environ 65 % du tirage total du quotidien, qui atteint 481 800 exemplaires, selon le rapport transmis à l'Audit Bureau of Circulations, une coopérative qui vérifie le tirage des journaux.

Un éditeur concurrent, le groupe Tribune, basé à Chicago, a lui aussi admis avoir gonflé des tirages, soit celui du quotidien new-yorkais Newsday et celui de Hoy, un quotidien espagnol.