Hydro quitte la Chine

Hydro-Québec international (HQI) a annoncé hier qu'elle s'était départie de sa coparticipation dans une entreprise chinoise pour se concentrer sur l'Amérique latine. Cette transaction lui permet de réaliser un rendement de 18 % en cinq ans.

La filiale à part entière d'Hydro-Québec a annoncé la vente de sa participation de 20 % dans Meiya Power, de Chine, à Darby Asia Investors, basée à Hong Kong. Le prix versé pour cette participation, soit 84,6 millions $US, permet à Hydro-Québec de dégager un gain de 12,9 millions $US.

HQI avait acquis sa participation dans Meiya en 1999, en association avec les firmes PSEG China, une filiale de Public Service Enterprise Group (basée au New Jersey), et Asia Infrastructure Fund, une société d'investissement formée entre autres d'une filiale de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement. Au fil des ans, Meiya a investi dans plusieurs projets de production d'électricité. Au moment de la vente, HQI avait un portefeuille de 17 projets en Asie, soit 15 en Chine, un à Taïwan et un en Corée du Sud.

«Avec la vente de Meiya, les actifs internationaux de la division Production d'Hydro-Québec se concentrent maintenant en Amérique latine, soit une participation dans une filiale propriétaire de la centrale de Fortuna, au Panamá (300 MW) et au Costa Rica (10,6 MW)», peut-on lire dans le communiqué.

En plus de ces investissements, HQI (Production) est active en ventes de services professionnels, avec des contrats notamment en Pologne dans le domaine de la gestion des eaux, ainsi qu'en Russie, en Amérique latine (Venezuela, Panamá), en Asie (Chine, Vietnam) et en Afrique.